Mont Kaaikop : La conservation serait économiquement profitable

Photo de Sandra Mathieu
Par Sandra Mathieu
Mont Kaaikop : La conservation serait économiquement profitable
Le mont Kaaikop fait 838 mètres de hauteur.

Claude Samson, président de la Coalition pour la préservation du mont Kaaikop et secrétaire-trésorier d’Éco-corridor Kaaikop-Ouareau (ÉCKO) persiste et signe : les mentalités doivent changer et le gouvernement doit agir.

 

« Le cas Kaaikop démontre que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) doit entreprendre un virage pour réellement appliquer les concepts de la nouvelle loi sur l’aménagement durable du territoire forestier. Le projet de conservation de la Coalition, c’est à peine 40 km2, une goutte d’eau pour le ministère, mais beaucoup pour le foisonnement de la biodiversité et de la faune. C’est un projet reposant sur des études sérieuses et fortement appuyé par la population », déclare M. Samson.

Le MFFP a annoncé le lancement d’une nouvelle consultation publique au sujet des Plans d’aménagement forestier intégré opérationnels des Laurentides ce printemps. M. Samson estime que cette nouvelle étude qui analyse la contribution des écosystèmes et de la biodiversité au bien-être humain fait déjà la preuve que la conservation de ce massif serait économiquement plus profitable, à moyen et long termes.

La Coalition pour la préservation du mont Kaaikop revendique une aire protégée.

Les résultats montrent effectivement que la coupe générerait seulement 300 000 $ de plus que l’autre scénario, soit 2,5 millions de dollars par rapport à 2,2 millions. Il y a des coûts externes importants pour le gouvernement et globalement, la foresterie est déficitaire au Québec. Ce déficit est acceptable s’il y a enjeux d’occupation du territoire et de vitalité des communautés. Ce déficit est moins acceptable si le principal moteur économique d’une région est le tourisme et la villégiature.

« Cette étude réalisée par Eco2Urb et publiée en février dernier est une photo basée sur les états financiers de l’Interval au 31 mars 2018, précise M. Samson. Or, après 12 mois, le chiffre d’affaires de l’Interval est en hausse de 30 % et cette seule donnée fait basculer l’étude. C’est donc dire avec certitude que l’arrêt des coupes forestières sur le territoire étudié permettrait d’augmenter à long terme la valeur des services écosystémiques liés aux activités récréotouristiques, aux habitats pour la biodiversité, à la valeur esthétique et aux services culturels autochtones. »

Le mont Kaaikop en hiver.
Six ans de démarches citoyennes

Depuis le lancement de la pétition www.petitions24.net/mont-kaaikop_protege contre les coupes forestières annoncées en 2013, la Coalition a recueilli plus de 10 000 signatures et l’appui de 60 municipalités et de plusieurs groupes environnementaux, en plus du sondage réalisé auprès de 2 000 personnes en juillet 2016 (95 % contre les coupes forestières et 81 % pour une aire protégée de biodiversité).

Depuis 2013, la Coalition a investi plus de 82 000$ en études et en achats de biens et services. La valeur du temps volontaire des membres dépasse les 200 000$.

L’acceptabilité sociale, l’environnement et l’économique sont en jeux dans ce projet.

Le mont Kaaikop en bref

Avec ses 838 mètres, le mont Kaaikop à Sainte-Lucie-des-Laurentides est le 2e sommet de la MRC des Laurentides après le Mont Tremblant. On y trouve un territoire recelant une forêt dense (67 % des arbres auraient 70 ans et plus), un refuge important pour la faune omniprésente soit 200 espèces animales, dont 20 protégées. C’est également un milieu hydrique vaste, riche et varié.

L’OBNL L’Interval est en opération à la base du Kaaikop depuis plus de 75 ans et exploite 40 km de sentiers de randonnée.

Pour info : www.kaaikop.com et sur Facebook : Coalition Mont-Kaaikop

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de