Le ton monte à Val-David

Photo de Jean-Patrice Desjardins
Par Jean-Patrice Desjardins
Le ton monte à Val-David
La salle communautaire de Val-David était remplie pour l’assemblée du conseil du 10 juillet.

Des citoyens demandent la démission de la mairesse

Attaquée par un groupe de citoyens anonymes, la mairesse de Val-David n’entendait pas à rire lors de l’assemblée régulière du 10 juillet. Dès le début de l’assemblée, Kathy Poulin a donné le ton : «Il est temps que les blagues se terminent.»

La salle communautaire où se tiennent les assemblées du conseil à Val-David était presque pleine à craquer. Parmi les quelques 120 personnes présentes, ils étaient clairement nombreux venus encourager l’équipe de la mairesse.
Rappelons le contexte. Le jeudi 5 juillet, les citoyens de Val-David ont trouvé dans leur boîte postale un dépliant, non signé, demandant la signature d’une pétition en faveur de la démission de la mairesse, dont l’équipe est en place depuis les élections de novembre 2017.
Le document a soulevé l’indignation sur le Web et un événement Facebook invitait à une «mobilisation au conseil contre les chiâleux». Claude Cousineau, député de Bertrand, a lui aussi réagi par communiqué pour appuyer la mairesse. «J’ai été scandalisé par les propos vicieux utilisés, frôlant même la méchanceté et la diffamation», affirme le député.
Une assemblée coupée court
Dès le début de l’assemblée, la mairesse a averti les citoyens qu’il n’y aurait pas de débordement. Elle a remercié les gens présents. «Votre mobilisation est symbolique et je la vois comme une défense des principes de la démocratie», a lancé la mairesse, chaudement applaudie.
Avant la période de questions des citoyens, quatre conseillers municipaux (il y avait deux absents) ont pris le micro pour dénoncer la distribution du dépliant demandant la démission de la mairesse. Mépris, condescendance, impertinence, incompréhension: les conseillers ont utilisé ces mots pour s’exprimer avec émotions.
Le ton a monté lorsque le président du Regroupement des citoyens, Jean-Claude Rocheleau, s’est présenté au micro. La mairesse ayant précisé d’emblée que la règle du «trois minutes» serait respectée, la réaction de la salle a été immédiate lorsqu’elle a demandé au citoyen de couper court son intervention, menaçant de lever la séance s’il y avait d’autres débordements.
Quelques minutes plus tard, un autre citoyen, Marc Blais, est revenu sur le dossier du contrat liant la municipalité et le Marché public. Lorsque Marc Blais a demandé la démission de la mairesse, des rires et exclamations ont jailli de la salle. La mairesse a immédiatement mis fin à l’assemblée municipale, une action applaudie par une partie des gens présents.
Questionné à savoir s’il était l’auteur du dépliant distribué la semaine précédente, Marc Blais n’a pas nié, ni confirmé, parlant plutôt d’un groupe de citoyens auteurs du texte.
Au lendemain de l’assemblée, 93 personnes avaient signé la pétition, publiée sur le Web, demandant la démission de la mairesse.
Le règlement sera changé
Depuis quelques mois, les débats sont de plus en plus houleux lors des périodes de questions aux assemblées municipales à Val-David. La réaction du conseil a été de présenter une refonte du règlement régissant les assemblées.
« Il est évident qu’on doit proposer un lieu de débat autre que celui de l’assemblée du mardi», explique la mairesse. Ainsi, dès le 24 septembre, le conseil organisera des rencontres de discussion politique en marge des assemblées régulières.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Jean-Claude Rocheleau Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Jean-Claude Rocheleau
Invité
Jean-Claude Rocheleau

En passant, l’assemblée était gérée selon le règlement antérieur sur le déroulement des séances du conseil et non selon celui adopté mardi le 10 juillet. Ceci veut dire, qu’il n’y avait pas de limite de temps par citoyen lors de la période de questions. La mairesse a mis en début d’assemblée une durée maximale de 30 minutes pour cette période de questions.