MRC des Pays-d’en-Haut : la demande de main-d’œuvre continuera de croître

Françoise Le Guen
MRC des Pays-d’en-Haut : la demande de main-d’œuvre continuera de croître
Philippe Leclerc, directeur, Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides et Manon Massie, directrice du service de développement économique et territorial, MRC des Pays-d’en-Haut. (Photo : Françoise LeGuen)

Pénurie de main-d’œuvre

Le centre des Laurentides, soit les MRC d’Argenteuil, des Pays-d’en-Haut et des Laurentides, est reconnu comme étant un chef de file en ce qui a trait au tourisme de villégiature quatre saisons.

Cependant, en matière touristique et dans les services et commerces connexes à ce secteur, les entreprises font face à une pénurie de main-d’œuvre. De plus, il apparaît que les emplois créés dans l’industrie qui gravite autour du tourisme sont habituellement peu rémunérés et précaires, une réalité à laquelle font face les travailleurs.

Dans la région des Laurentides, selon les prévisions d’Emploi-Québec, 60 100 emplois seront à pourvoir entre 2017 et 2021. Deux facteurs l’expliquent: les départs à la retraite (75 %) et la création nette d’emplois (25 %). C’est pourquoi les élus et les MRC de la région des Laurentides, appuyés par la Direction régionale de Services Québec des Laurentides et divers partenaires, dont les chambres de commerce et le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides ont décidé de s’atteler au problème en organisant un Salon de l’emploi le 11 mai et en lançant une campagne de sensibilisation destinée aux navetteurs.

Particularités de la MRC

La population de la MRC des Pays-d’en-Haut est l’une des plus âgées du Québec, avec une part de 65 ans et plus de près de 30 %.

De plus, la proportion d’aînés dans la population s’accroît de façon continue notamment avec l’arrivée des 45 à 64 ans, pouvant en partie être associés à de jeunes retraités. Ces derniers permettraient de combler une partie des besoins en main-d’œuvre des entreprises.

Par ailleurs, divers secteurs d’activités économiques sont en émergence depuis quelques années, dont le secteur numérique et des hautes technologies ainsi que celui des travailleurs autonomes ou télétravailleurs. À l’échelle de la région des Laurentides, les MRC des Pays-d’en-Haut et des Laurentides comptent en effet les plus hauts taux de travailleurs autonomes, avec 21,5 % et 17,4 % respectivement. La structure économique de ces deux MRC, basée en grande partie sur le tourisme et la villégiature, explique cette forte présence de travailleurs autonomes.

Notez que la demande de main-d’œuvre continuera de croître dans les sous-secteurs de la santé et de l’assistance sociale, de l’enseignement et des services professionnels, en raison de l’augmentation des naissances et du vieillissement de la population dans la région. Ce sont les secteurs de la santé, le secteur manufacturier, les industries agricoles et l’industrie du tourisme et des services qui présentent la plus forte demande en employabilité dans la région.

 

Métiers prometteurs

Dans les Laurentides, 20 métiers prometteurs sont ciblés dans les domaines de l’administration, de la santé, de l’informatique et de la construction. Parmi eux, les analystes et les consultants en informatique, les infirmiers, les agents des ressources humaines et de recrutement, les ingénieurs et les concepteurs de logiciels technologues et les techniciens en génie mécanique.

Pour info : emploisdavenir.gouv.qc.ca

 

Faits saillants

Le tertiaire (hôtellerie, restauration, services) est le secteur d’activité le plus développé dans la MRC.

Au 4e trimestre 2018, le nombre de postes vacants est estimé à̀ 6 235 dans la région des Laurentides, ce qui représente une augmentation de 38,6 % comparé́aux 4 500 postes vacants au 4e trimestre de 2017.

Espace Coworking à Piedmont
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de