MUTA-Autovisionn: les transports avancés sur l’autoroute à trois voies

Par Nathalie Deraspe

L’enthousiasme était palpable à Tremblant alors qu’une soixantaine de conférenciers en provenance de 10 pays ont discouru pendant deux jours sur l’avenir des transports dans le monde.
«Qui aurait dit il y a dix ans que nous roulerions avec des voitures hybrides, a lancé le porte-parole d’Équiterre, Steven Guilbault. Pourtant, nous l’avons fait.» Concédant que le Québec a raté une belle opportunité avec le moteur-roue il y a justement dix ans de cela, l’écologiste a indiqué que «ce n’est pas parce qu’on a manqué ce bateau-là qu’il faut rater tous les autres.» Le prochain volet, a-t-il indiqué, sera de développer à plein régime les véhicules électriques. «Ça n’a pas de bon sens d’avoir des trains qui roulent au diesel. Pourquoi ne pas s’encourager nous-mêmes avec l’hydro-électricité au lieu de créer des emplois en Arabie Saoudite?» De retour d’un séjour à Paris où elle assistait au Congrès mondial de la route, la ministre des Transports, Julie Boulet, a longuement vanté les initiatives de son gouvernement en matière de transport avancé. «La réponse se trouve dans la complémentarité de plusieurs solutions», a-t-elle indiqué, en soulignant les quatre grands axes d’interventions mis de l’avant par les Libéraux parmi lesquels on retrouve le renforcement du transport collectif et le soutien à l’utilisation de carburants renouvelables. En outre, le gouvernement entend accroître l’utilisation du transport collectif de 8% d’ici 2012 et ce, grâce à une amélioration de l’offre de service, qui attendrait 16% durant la même période. La ministre a concédé que la France a une longueur d’avance sur nous puisque que de l’autre côté de l’océan, l’intermodalité signifie la combinaison de la marche à pied, du vélo, de l’autobus et du tramway avec, en bout de ligne, l’automobile.

Saint-Jérôme a innové

Le maire de Saint-Jérôme, Marc Gascon, a rappelé que sa ville a tracé la voie grâce à un partenariat avec La rochelle il y a onze ans. «Nous étions la première ville au Canada à pouvoir rouler avec un véhicule électrique», s’enorgueillit le maire. Aujourd’ hui, la ville possède une dizaine de véhicules électriques, quatre hybrides et deux Segways, utilisés entre autres par les policiers lors de grands rassemblements de foules. C’est notre positionnement international qui nous permet de recevoir des événements comme le MUTA, d’ajouter le directeur général du CEVEQ, Pierre Lavallée. Celui-ci n’était pas peu fier d’avoir réussi à intéresser le Prince Albert de Monaco, qui a livré un message d’appui aux participants et qui est à l’origine du premier Rallye énergie alternative à être organisé en Amérique du Nord. L’événement aura lieu ce week-end et réunira des dizaines d’équipes qui parcourront 450 kilomètres entre Montréal et Tremblant pour clore leur périple au parc Labelle de Saihnt-Jérôme.

En bref

En 1914, l’Amérique du Nord comptait pas moins de 34 000 véhicules électriques. Déjà en 1899, le Madison Square Garden accueillait l’electrical show et proposait plusieurs modèles. Plus près de nous, le Véhicule vert, une camionnette Chevrolet modifiée par Alain St-Yves, a parcouru 75 000 kilomètres depuis 1988, ce qui lui a permis d’éviter le rejets de 22 tonnes d’émissions polluantes dans l’atmosphère. Les ministres Beauchamp, Boulet et Bachand roulent avec des véhicules hybrides.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de