Notre impuissance à tous!

Par Claude Jasmin

Désormais bien, mieux, tellement mieux informés… mais «quosseçadonne»? Il y a à admirer, ici, maintenant, ces jolis canards voyageurs en pause saisonnière au bout de mon quai… Vouloir agir, aider à corriger des injustices. Mais comment? Maudite impuissance, non? Qui a tué cette courageuse journaliste à Moscou qui voulait défendre la cause perdue, oubliée, des Tchéchènes envahis? Qui sont ses meurtriers? Ah, ils sont bien beaux ces canards, la tentation de fuir. Qui est au juste ce sénateur Étatsunien, nommé Foley, pédéraste camouflé et prédicateur de vertu et aussi vieux maquereau à petits pages.
Chantons «les canards, les sarcelles, Monoloy disait le vent». Chantez pour se dé-senrager?

Anna la journaliste est tuée à Moscou! Une tuerie écoeurante? Qu’y faire? Et ce prof de philo en France qui doit vivre caché désormais, protégé jour et nuit. La parole libre que l’on bafoue! Ces fanatiques religieux — toujours cette religion dévoyée et trop d’Arabes, ici et partout en Occident, qui se taisent par calcul machiavélique. Ce nouveau venu, M. Ban, à l’ONU il devra calculer aussi? Ce dictateur Kim, en Corée du Nord, affreux despote nationaliste, qui a pourtant bien raison de proclamer: «Et vous, États-Unis, France, vous tous, sur-armés de nucléaire jusqu’aux dents, pourquoi vous ne désarmez pas!» Personne pour, là-dessus, donner raison au pénible tyran!
Chiens soumis aux puissances qui disent: «ne faites pas ce que je fais.» J’enrage en effet d’une impuissance maudite. Mais ils sont si mignons mes canards en cours d’exil sur le lac Ronds, non? Oui, au secours, reviens Yvon Deschamps, brillant philosophe naïf. «Quosseçadonne» de savoir? Je suis là et si las, bras ballants, mains vides… Notre impuissance maudite! Un Mario Roy, railleur, visionnant le docu-drama (à la CBC) à propos de M. Cross pris en otage en octobre 1970, parle de nos jeunes **desperados** du FLQ: «Des pauvres petits cons trop chargés de testotérone!» Le salaud, ces jeunes gens, très jeunes, agissaient par patriotisme; Jacques Lanctôt comme d’autres, ils n’y ont trouvé aucun profit, ont hypothéqué gravement leur avenir. On peut être en désaccord (comme le fut le patient René Lévesque) avec leurs actions intrépides clandestines mais on n’a pas le droit de leur cracher dessus; pauvre con ce Mario Roy! M ais comment lui répondre? Dans quel médium puissant? Hum! quotidien? Impuissance; nous devons assumer ces graves et «historiques» faits comme toute nation adulte sait le faire. En Irlande comme ailleurs. Ô colonialisme puant.

Mes canards nagent au rivage. Admirer placidement leur natation éblouissante! Anna Politkovskaï s’est fait tuer par action journalistique. Et Pearl, le New-Yorkais exilé chez les Talibans qui se cachent si facilement au Pakistan, qui se fit trancher la tête. On fait un film sur ce célèbre décapité avec grosses vedettes dans un hôtel en Inde! Un jour on fera un film à gros budget sur Anna l’assassinée? Ou bien quoi?, faut pas faire de «pepeine» à la Poutine moscovite, cher et utile allié de l’Occident? Notre impuissance maudite les bien informés dans nos salons confortables! Que dire de nos agenouillements en «dégoûtante rectitude» face à nos migrants nostalgiques qui refusent de s’intégrer à nous, le 82% de la population? Et notre tolérance de pleutres face à ces écoles archi-religieuses, archi-illégales, subventionnés par notre argent public, pour enfants juifs sur-orthodoxes, victimes innocentes d’endoctrinements passéistes. N’y a-t-il pas la loi qui dit: «refus de secourir personnes (des enfants!) en danger»? Silence. Frousse de nos gouvernants mous!

Chez Dutrizac comme chez Guy-A Lepage ou chez Martineau, ou chez Dame Bazzo, causons «ma chère» graves problèmes… bien légers. Débats falllacieux d’une mode farcesque fade. Bandes de mondains! Aux actualités, tiens, v’là autre chose: ces braves Agniers à Oka. Hénaurme gaspillage du fric du peuple pour un poignée de policiers improvisés. Hon! Mais taisez-vous donc micros, fermez votre œil caméras vicieuses. Silence les médias! Silence. On va enterrer vite l’affaire, vous verrez, comme on enterrait en 1990, toujours à Oka, la réalité sordide des «warriors» venus de Saint-Régis pour exciter les modestes habitants de cette Réserve, ces nobles guerrier de mes deux…voulaient juste davantage de laxisme pour leurs traffics d’armes, oh cela, oui, de drogues, d’alcool et de cigarettes!

Oka, morne plaine, souvenez-vous, avec ce Boubou timide, ses sbires accourus. Le silence sur tout cela car on veut la paix chez nos mauviettes gouvernantes!
Statue de bronze à Boubou aux pelouses des pleutres, Québec, honneur sur **green** parlementaire pour ce chef qui s’est tenu debout 24 heures en 24 ans de politique, un 24 juin, l’accord avorté, tombé! N’est-ce pas. Silence. Taisons-nous? Un jour, qui se rapproche, le peuple «si bien informé désormais» va se lever, car «tu penses qu’on s’en aperçoit pas»… de vos magouilles. Chante mon Vigneault avant ton ACV bien à toi! Et puis il y a ces canards qui s’en vont pour continuer leur exil vers les chaudes contrées. Ne restez pas ici, pauvres bêtes, c’est laid à voir l’impuissance des nôtres. Partez, partez…

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de