Notre Merveilleux : André Martino

Par Ève Ménard
Notre Merveilleux : André Martino
Le chat (Photo : Courtoisie)

Jouer dans la neige à 73 ans!

André Martino habite Saint-Sauveur depuis 8 ans. Et disons que sa demeure ne passe pas inaperçue, lui qui dresse d’impressionnantes sculptures de neige sur son terrain : un chat, des lapins, une girafe, un éléphant, un écureuil, un bulldozer. L’homme qui aura 74 ans le 26 mars prochain n’est jamais à court d’idée ou d’énergie.

45 ans de plaisir

André Martino est débosseleur-peintre de métier. Il a donc, toute sa vie, travailler de ses mains en plus de bricoler toute sorte de trucs, m’explique-t-il. Il a commencé à ériger ses premières sculptures de neige lorsque sa fille avait 2 ans. Aujourd’hui, elle en a 47. Cela fait donc 45 ans qu’André prend plaisir à modeler la neige.

« Au début, j’en faisais une à l’occasion. Aujourd’hui je suis rendu à cinq ou six par année », explique-t-il. Cette saison, sa première sculpture fut un couple d’amoureux ou de danseurs, selon les interprétations. D’où lui viennent ses idées? « Les idées elles viennent au fur et à mesure. J’y vais avec les thèmes aussi, par exemple à la Saint-Valentin, à Pâques, à Noël. Mais quand la neige est propice à ça. Cette année à Noël, je n’ai pas pu rien faire, car il n’y avait pas assez de neige. J’ai commencé après. » André m’explique que la neige doit être collante pour pouvoir bien la modeler. « À partir d’une image ou d’une figurine, j’essaie de modeler dans la neige », explique-t-il tout simplement. 

Une attraction

À Pâques il y a deux ans, l’homme de bientôt 74 ans a sculpté un lapin qui faisait probablement, selon lui, plus de 10 pieds de hauteur. Au fil des années, se sont donc succédées de nombreuses sculptures sur son terrain à Saint-Sauveur et qui attirent toujours l’œil impressionné des passants. « C’est une attraction, je pense », confie André, fièrement. « Il y a beaucoup de monde qui passe. Ça fait du bien quand on me dit que les enfants sont heureux. » Il raconte même que lorsque le matin, les parents vont reconduire les enfants à l’école, certains demandent d’arrêter voir les sculptures. « C’est le fun de voir tout ça. »  Cette année, le sculpteur s’est même inscrit au Défi Château de neige à travers le Québec. Pour l’occasion, il a donc érigé un impressionnant fort qu’il a pris en photo et par la suite envoyé au concours.

Il s’agit pour André Martino, d’une tradition, d’un loisir qu’il ne risque pas d’arrêter de si tôt. Ça lui permet en plus de rester actif et de prendre l’air régulièrement. Lorsque j’échange avec lui, au début du mois de mars, la température n’est pas très clémente. Or, l’homme a toujours espoir qu’après la pluie, il pourra se remettre au travail. Il pense faire possiblement un grand cornet, sculpture qu’il avait déjà réalisée et que les gens aimaient beaucoup. Sinon, peut-être un chien. C’est à voir s’il a pu concrétiser ses idées!

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments