«Nous pourrions compétitionner avec des équipes de la LHJMQ» – Nicolas Dionne

Photo de Michel Bureau
Par Michel Bureau

Les Panthères sont toujours aussi voraces

Les Panthères de Saint-Jérôme sont déjà assurés de

gagner le championnat de leur division, et ce depuis belle lurette. Il y a encore cependant une lutte à finir pour le premier rang au classement général avec L’Inouk de Granby, qui a trois matchs en mains sur les

Panthères, mais un écart de huit points à combler.

La défaite contre les Montagnards de Sainte-Agathe, une première en cinq matchs contre cette formation, n’a pas ébranlé pour autant la confiance des Panthères de Saint-Jérôme. L’équipe n’a perdu que deux parties à leurs 19 dernières sorties. Le capitaine des Panthères, Nicolas Dionne, est confiant de voir son équipe connaître une bonne fin de saison.

«Nous avons eu quelques joueurs qui sont tombés au combat récemment. Samuel Aquin était sous le coup d’une suspension, mais avec le retour de tout le monde, nous sommes en mesure de compétitionner avec n’importe quelle formation dans le circuit». Nicolas Dionne pense aussi que l’édition 2013-2014 des Panthères, pourrait rivaliser avec certaines équipes dans la LHJMQ (Ligue hockey junior majeur du Québec) dont notamment les Cataractes de Shawinigan. Dionne a joué dans le Junior Majeur avec les Voltigeurs de Drummondville et les Foreurs de Val d’Or.

 

Un plan B

Nicolas Dionne, qui habite maintenant en pension chez Bill Hattem le propriétaire et directeur-général des Panthères, flirte avec le premier rang des compteurs dans la ligue depuis décembre. Il a bon espoir de coiffer son principal opposant William Cochrane des Cobras de Terrebonne au fil d’arrivée. Au moment de mettre sous presse, il n’y avait que deux points d’écart entre les deux joueurs. Pour le capitaine des Panthères, le but ultime demeure la Coupe Fred Page.

 

Après son stage chez les juniors, Nicolas Dionne songe à poursuivre sa carrière au hockey universitaire. En effet, trois universités ont démontré de l’intérêt pour ses services: McGill, Ottawa et Laurentien University à Sudbury. Son plan B? Devenir professeur d’éducation physique. Et pour garder la forme durant la saison estivale, le jeune Dionne troque ses patins pour des chaussures à clip, en devenant entraîneur en vélo de route à Amos en Abitibi.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de