Nouvelle scission au sein du conseil des maires

Par Valérie Maynard
Nouvelle scission au sein du conseil des maires

Complexe multisport

Un an après avoir été divisé dans le dossier de la Ligne à 120kV du Grand-Brûlé — Dérivation Saint-Sauveur et sa décision de modifier le schéma d’aménagement, le conseil des maires de la MRC des Pays-d’en-Haut se retrouve de nouveau devant une scission. Le site du futur complexe multisport est aujourd’hui au cœur de la dissidence.

Le 12 septembre dernier, cinq municipalités ont exprimé leur désaccord face aux conclusions de l’étude qui identifie le terrain à proximité de l’école secondaire Auguste-Norbert-Morin, à Sainte-Adèle, comme le meilleur site pour recevoir le futur complexe.
Il s’agit de Lac-des-Seize-Îles, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, Piedmont, Sainte-Anne-des-Lacs et Saint-Adolphe-d’Howard. Pris entre l’arbre et l’écorce, le préfet suppléant et maire de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, Gilles Boucher, a tranché : « Je me rallie du côté des contres ».
Visiblement, les maires des cinq autres municipalités ne s’attendaient pas à ce revirement. « On n’a jamais été aussi proche d’avoir un complexe dans la MRC », a fait valoir le maire de Morin-Heights, Tim Watchorn, avant d’ajouter que le plus grand risque de perdre le projet serait justement le désistement de certaines municipalités. Dans les faits, la position des cinq municipalités opposantes ne changera pas la suite des choses. « J’ai voté contre parce qu’à mon avis, le rapport n’est pas le meilleur; il n’est pas à la satisfaction du conseil des maires. Mais ça ne change pas que le complexe sera construit sur le site d’A.-N-Morin », a expliqué M. Boucher.
En juin dernier, le conseil des maires avait mandaté la firme d’experts Raymond Chabot Grant Thornton afin de déterminer le meilleur emplacement pour construire le futur complexe sportif. Le rapport n’a pas été rendu public.
Dans la salle, plusieurs citoyens, dont des élus, ont manifesté leur inquiétude quant au fait que le projet ne bénéficie à ce jour d’aucun plan d’affaire ni de fonctionnement.

Les Sommets dans la mêlée

Le président et chef de la direction Les Sommets, Louis-Philippe Hébert, a tenu à manifester sa déception devant la décision des maires de maintenir le site de l’école.
« Je suis déçu et abasourdi d’apprendre qu’on va construire à cet endroit-là », a-t-il déclaré. Déçu aussi de ne pas avoir été contacté par la firme Raymond Chabot Grant Thornton dans le cadre de son étude.
« L’entreprise Les Sommets occupe une place importante dans le développement et la promotion de la région. On est toujours ouverts à travailler en collaboration avec la MRC dans ce dossier », a-t-il glissé.
M. Hébert ne cache pas non plus qu’il aurait souhaité que le site du Mont-Gabriel soit considéré dans le projet. « Je ne veux pas prendre parti dans ce projet, mais le site d’A.-N-Morin, à mon avis, est un non-sens financier. »
Rappelons que le futur complexe multisport est un projet de 32,4 M$, subventionné par les gouvernements fédéral et provincial à hauteur de 21,6 M$.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de