O’Camp : Un nouveau centre récréotouristique bientôt à Morin-Heights

Par Marie-Catherine Goudreau
O’Camp : Un nouveau centre récréotouristique bientôt à Morin-Heights
Une image du 3D préliminaire du bâtiment de services qui servira d'accueil et de bloc sanitaire pour les refuges de la phase 1. (Photo : O’Camp)

Un nouveau projet récréotouristique verra le jour à Morin-Heights alors que la première phase du projet a été approuvée par le conseil municipal lors de la séance du 12 mai dernier. Il s’agit du centre O’Camp qui offrira des séjours tout inclus pour les adultes sportifs et les professionnels de sport.

Le projet se situera sur un terrain de 56 acres sur la montée Hurtubise près du Viking Ski Club. Pour la première phase qui été autorisée, on parle d’aménager trois refuges et un bâtiment de services comprenant un café, un bloc sanitaire, une cuisine, une salle de formation et un chenil. Les deuxième et troisième phases, prévues en 2022-2023, incluent 18 condotels, 20 chambres
« capsule », une piscine semi-olympique, une salle de fartage et de mécanique de vélo, des salles d’entrainement, des bureaux, salles de réunion et de conférences, une cuisine commerciale et une salle de réception.

De plus, les clients auront accès aux 8 km de sentiers aménagés sur le terrain en plus du réseau de plus de 200 km de ski de fond du Club Viking, de la municipalité de Morin-Heights et des villes environnantes. 4 km de sentiers de vélo de montagne seront également aménagés en boucle. Le site aura une capacité maximale d’environ 100 personnes, mais il accueillera 60 personnes en moyenne.

Une offre plein air pour les adultes

Isabelle Sigouin et Jonathan Walsh sont les propriétaires de ce terrain qu’ils ont acheté en 2005. « Ça fait plus de 15 ans qu’on réfléchit à ce que nous voulons faire avec le terrain. À la base, mon conjoint et moi sommes des nageurs. L’idée de notre projet part de notre souhait d’avoir accès à une piscine de 25 mètres (de largeur) pour nos besoins personnels. On a décidé de construire un projet, le plus petit possible, pour justifier la construction de cette piscine », explique Mme Sigouin. Voulant limiter le déboisement, la construction se fera sur une petite superficie.

Ainsi, le centre vise à offrir des camps d’entrainement et de vacances pour les adultes sportifs. Ce sera sous forme de forfaits tout inclus, même les repas. Le tout n’est pas encore établi, mais on souhaite s’associer avec un traiteur pour les repas, les boîtes à lunch et les collations, par exemple.

« On veut aussi faire des partenariats avec des clubs comme Vélo Pays-d’en-Haut, Fondeurs-Laurentides, Viking Ski Club ou tous les clubs sportifs du Québec. » Le reste de l’année, le fonctionnement sera similaire à des camps de vacances pour les enfants, c’est-à-dire que c’est le centre qui prendra tout en charge et qui fera les groupes. Ils visent les adultes de 18 ans et plus, comme l’offre de ce type de camp est déjà très variée pour les jeunes.

Dérogation et inquiétudes

Ce projet nécessitait une dérogation à la réglementation d’urbanisme, sans qu’il soit nécessaire de modifier les normes établies pour le secteur en question (PPCMOI). À la suite de l’analyse du Comité consultatif en urbanisme, il a été recommandé au conseil d’accepter le PPCMOI lors de la dernière séance qui avait lieu le 12 mai.

Durant cette dernière, le maire de Morin-Heights, Tim Watchorn, a répondu aux questions et inquiétudes des citoyens par rapport à ce projet. Plusieurs ont soulevé leurs craintes par rapport aux sentiers, à l’augmentation du trafic et la grandeur des travaux du projet. « Il y aurait eu plus de personnes si un projet de résidence complet avait été fait au lieu du centre touristique. Ce n’est pas quelque chose qui va amener plus de trafic, puis beaucoup moins d’arbres seront coupés. C’est très axé vers la nature et on trouve que c’est un projet intéressant », a assuré M. Watchorn.

Mme Sigouin assure que leur but avec le projet est qu’il s’intègre bien dans la nature. « On va s’assurer de minimiser les impacts. On a des architectes qui vont faire quelque chose de beau et intégré dans le paysage. De plus, on est les premiers qui vont vivre avec cet ajout, donc nous allons le faire pour que le volume de circulation soit au minium.» À noter qu’il reste encore des autorisations à obtenir par les propriétaires pour que la construction s’amorce.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments