OLIVIER ADAM À L’ABRI DE RIEN

Par Nadia-Anouchka Peiellon

Marie a perdu le fil de sa vie. Plus rien n’arrête son regard, sauf ce jour-là, un groupe d’hommes en haillons massés près du Monoprix. Sans savoir pourquoi, elle pénètre dans la tente dressée près de la mairie, se joint aux bénévoles pour servir des repas à ceux que dans la ville on appelle les « Kosovars ». Négligeant sa famille, indifférente aux attentions de son mari, à la tendresse de ses enfants, elle se consacre entièrement à la survie de ces hommes en perdition. Elle leur donne tout de la nourriture, des vêtements, son temps, son argent. Entraînée malgré elle dans un drame, elle s’expose à tous les dangers, y compris celui d’y laisser sa peau.

AUTEUR (S)

Olivier Adam est né en 1974. Il a grandi en banlieue parisienne. Après avoir travaillé dans une agence d’ingénierie culturelle puis, en tant qu’éditeur, aux Éditions du Rouergue, il s’est installé près de Saint-Malo. Il est, depuis sa création en 1999, membre de l’équipe de programmation du festival littéraire « Les correspondances de Manosque ». En 2000, il publie son premier roman, Je vais bien, ne t’en fais pas, aux Éditions du Dilettante. Suivent aux Éditions de l’Olivier : À l’ouest, Poids léger, Passer l’hiver (Goncourt de la nouvelle 2004) et Falaises, qui a été salué par le public et la critique en 2005 et finaliste pour le prix Goncourt et pour le Prix des libraires du Québec en 2006.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de