On respire un grand coup.

Par Antoine Gascon
On respire un grand coup.

L’agressivité a montée d’un cran cette semaine. On la voit, on la ressent, on l’entend et ce, même en plein bois au milieu de nulle part. Je ne comprends pas d’ailleurs cette méchanceté gratuite que certaines personnes se donnent le droit de verbaliser partout et en tout temps sous prétexte qu’ils sont à boute.

 

On en a vu de toutes sortes cette semaine. Et on a lu des mots démesurément agressifs et agressants défiler sur les réseaux sociaux. Assez pour se dire, oh boy, il faut que tout ça s’arrête, le monde est en train de devenir fous.

 

C’est malheureux mais en ce moment certaines personnes semblent complètement s’en foutre, même si on sait tous que s’injurier et user de violence verbale ne donne strictement rien sauf pour en ajouter une couche sur tout ce que l’on vit en ce moment.

Et je sais que certaines personnes ont plus de difficultés que d’autres à «s’adapter» ou que certaines souffrent de détresse psychologique mais il me semble que ça commence à se généraliser et c’est désolant pour ne pas dire affolant. Faut donc apprendre à se calmer les nerfs un peu et à prendre notre gaz égal comme dirait l’autre.

 

Mais je voulais surtout m’adresser à toi. Tu me permets de te tutoyer?

Oui, toi qui prends la peine d’aller s’oxygéner dans le bois en faisant ton sport favori, peux-tu laisser ton agressivité à la maison? Les deux ne vont pas bien ensemble. Ça annule les bienfaits, tu me suis? Lève les yeux et pas sur ce qui t’énerve ou ce qui te bouscule, mais sur la beauté qui est juste là devant toi. La nature est si généreuse quand on prend la peine de la regarder.

Et puis sans vouloir te faire la morale, je te suggère de ralentir, de respirer, car le bonheur lui, ne va pas vite, tu comprends? Et puis, on va se le dire, le plein air fait des miracles pour enlever les toiles d’araignée dans la tête.

 

Certes un souffle étrange à souffler sur notre monde.

On a tous hâte de revivre «presque» comme avant.

D’aller faire la fête surtout et, j’espère, pour s’aimer encore plus…

J’espère, pour s’aimer encore mieux.

 

Allez, bon week-end,

Peace & love

Josée

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Christine
Christine
2 mois

Peace & Love ma chère 😚

Denis Beaulé
Denis Beaulé
2 mois

C’est comme si vous aviez anticipé le mot du PM d’aujourd’hui ou que vous le lui auriez inspiré? Lui aussi, en effet, évoquait ce matin l’agressivité dans l’air, et lui aussi soulignait, en passant, ne pas viser à faire la leçon

Beaucoup seraient stressé.e.s, parait, suivant ce qu’il constate ou ce dont on lui ferait part? Bien, moi ai-je remarqué en tout cas que jusqu’à il y a deux semaines, y en avait-il moins qu’actuellement de stress chez les itinérants par exemple. Ç’aura tellement monté (le stress) en ce milieu, que l’un d’eux en est mort, de ça, gelé, enfermé, en pleine nuit, il y a une semaine. Dommage qu’il n’ait pas été un chien, hein; ça ne lui serait pas arrivé, chien.

Oui, madame, faudra[it] s’efforcer ou, inversement, (se) relâcher, afin d’être aussi relax que possible. Mais il y en a pour qui, pandémie pas pandémie, ielles auraient été comme oublié.e.s, sacrifié.e.s ou ‘enseveli.e.s’ indépendamment d’elle. Des personnes telles Verushka L.-Duval ou Martin Prud’homme. Vraiment affreux ce qu’ielles ont à vivre, ces gens, en sus de covidixneuf. Ce ne doit pas être gai en leur coeur écorché. 

Josée Pilotte
Josée Pilotte
2 mois
Reply to  Denis Beaulé

Vous avez raison, nous ne sommes pas tous égaux et nous n’avons pas toutes les mêmes capacités à faire face aux aléas de la vie. J’en conviens. Soyons donc plus généreux envers notre prochain. Merci de nous lire:) Josée