|

Chronique Je m’exprime : L’incohérence féministe

Par Production Accès

Le féminisme est un mouvement évolutionnaire qui assure un équilibre et un bien-être social entre les deux sexes. Dans ces termes, je me considère une féministe comme la plupart des autres femmes. Ce mouvement devient de plus en plus une mode, une attitude, un style de vie. Cependant, cette popularité grandissante en tant qu’obligation morale, aveugle la société face à ses inclinations discriminatoires renversées.

 

Et si on parlait de la notion d’égalité des sexes carrément biaisée dans la gouvernance? Si je veux embaucher une équipe, devrais-je faire comme la société le dicte et assurer une égalité des sexes ou devrais-je plutôt assurer une égalité des compétences? Selon le gouvernement, l’étiquette « minorité visible » permet aux femmes d’être priorisées dans l’embauche d’un poste au désavantage des autres. Il suffit d’y réfléchir un peu pour réaliser que c’est un exemple flagrant de discrimination renversée qui démontre la stupidité de ce principe de priorisation. Le plus choquant c’est qu’un homme ne pourrait oser s’en plaindre, car les féministes sont parfaites et ont toujours raison, non ? Pour avoir une vraie équité des sexes, nous ne devrions jamais considérer le genre de la personne, seulement ses compétences à l’emploi. Certains vont argumenter que ces types de règles sont nécessaires, car sans elles, l’équité ne se ferait jamais volontairement. Je vous dis que vous n’avez toujours pas réalisé qu’avoir une règle qui priorise la femme n’est pas mieux que d’avoir un homme qui priorise un homme parce qu’aucune règle l’en empêche.

Il existe de plus en plus d’évènements et des lieux exclusifs aux femmes dans le but social de faciliter leur intégration et d’offrir une certaine protection. En revanche, plusieurs vont étirer leur pratique du féminisme radical rendant leurs actions erronées et complètement irraisonnables. Pourquoi une entreprise à but lucratif excluant ouvertement l’entrée des hommes est socialement et éthiquement respectée, alors qu’une même organisation excluant toutes femmes est dite un « boy’s club » misogyne, répugnant et complètement inacceptable? On sait tous qu’un cabinet d’avocat s’affichant « men only », un spécial « alcool gratuit » pour les hommes dans un restaurant ou un salon pour les hommes feraient ressortir les féministes enragées. Alors pourquoi essayons-nous de contrer ce sexisme en mettant sur pied des pratiques privées se disant « women only », des évènements rassembleurs sans but social interdisant les hommes ou des rabais spéciaux pour les femmes dans les restaurants. C’est totalement incohérent et illogique. C’est de la discrimination renversée. Beyonce fait sa gloire et ses millions en chantant « Who run the world? Girls. » alors qu’un artiste masculin qui, à l’inverse, oserait dire que les hommes mènent le monde verrait sa réputation bafouée de tous les bords et son fil twitter harcelé. Ne sommes-nous pas en train de combattre le feu avec le feu? On doit arrêter de privilégier la femme là où l’homme l’était préalablement en se donnant la ridicule impression que ça va rééquilibrer la balance. Je ne peux pas croire qu’on considérait même donner le rôle iconique de James Bond à une femme. Le féminisme véritablement sain est de promouvoir les différences et l’importance des deux sexes. Est-ce si difficile à voir?

Que dire de la pression continuellement exercée sur nos politiciens et figures publiques pour faire des distinctions grammaticales entre l’homme et la femme? « Chers auditrices et auditeurs, en tant que Québécoises et Québécois, je vous invite à informer vos éducatrices et éducateurs de… ». Ça n’a pas de bon sens! Pensez-vous vraiment qu’adopter un langage aussi genré, que de réformer nos dictionnaires et forcer une syntaxe ridicule va en quelques sortes contribuer à faire apparaître la femme dans la société? Croyez-vous que le fait que le masculin l’emporte en grammaire joue un rôle sur le respect de la femme dans la société ? Alors qu’un certain lobby féministe pousse à faire considérer ce genre de discours « politiquement correct » et une « réappropriation de la langue », tout ce que ça fait c’est alourdir les textes et titiller l’audition. Notre climat social actuel beaucoup trop sensible nous fait marcher sur des œufs à chaque fois qu’on prend la parole en public. Nous devons être sûr de ne pas utiliser un mot, une expression ou un ton qui pourrait être mal interprété et offenser quelqu’un, car sinon, on en sera jugé interminablement. Et vous osez dire que nos politiciens préparent trop leur discours?

NOUVELLES SUGGÉRÉES

6 Comments

  1. Claire Newton

    Bravo Thalia, totalement d’accord avec toi et félicitations pour cette chronique excellente!

    Reply
    • Thalia Bastien

      Merci Claire !! xx

      Reply
  2. François Béland

    Ça fait longtemps que je dis que le féminisme est un concept débilitant et astreignant. Tant qu’il se dira « Le féminisme est un mouvement évolutionnaire qui assure un équilibre et un bien-être social entre les deux sexes » ses défenseurs rateront la cible.
    Sur quelles bases les tenants de cette idéologie s’appuient ils pour affirmer que le féminisme est évolutionnaire? Et que le masculinisme ne l’est pas?
    Ce qui me semble évident c’est qu’ensemble et réuni nous assurerons un équilibre entre les deux sexes.
    Peut être que si on commençait par se définir comme étant de sexe complémentaire au lieu d’opposé, le chemin serait plus agréable.
    Soyons simplement humaniste. 🙂

    Reply
    • SAM

      Exact, tant que le féminisme visait à rétablir une situation déséquilibrée et visait l’égalité entre les sexes, c’était un mouvement (r)evolutionnaire.

      Maintenant que les femmes sont favorisées dans à peu près toutes les sphères légales importantes: famille, travail, sexualité, parentalité, ressour$e$ gouvernementales, etc.. le féminisme semble chercher à enculer des mouches pour légitimer son existence et se radicalise.

      On exige de plus en plus de droits… mais ça va s’arrêter quand?
      Il n’y a pas de ministère de la condition masculine au gouvernement pour faire contrepoids, pas de lobby pour veiller aux grains des intérêts des hommes.
      Un moment donné des lois de discrimination positives systématiques ça mène à des privilèges de genre.

      On a remplacé le machisme institutionnalisé par le féminisme d’État et LÀ, selon le paradigme actuel, on a atteint la quintessence?
      Une injustice reste une injustice, peu importe dans quel emballage rose nanane on l’enveloppe.

      On ne répare pas une erreur par une autre erreur.

      Également, la femme est présentée dans les médias comme une colombe pure incapable de toute malice, altruiste et noble. Une victime quoi.

      L’homme lui est présenté comme un prédateur vil et égoïste.

      Discours un peu dangereux établissant la femme comme étant supérieure moralement à l’homme. Ce qui la place de fait en position d’autorité morale.

      Selon moi, machisme et féminisme contemporain sont comme les deux faces d’une même pièce de monnaie. Même regard condescendant, même mépris, même soif de contrôle.

      Ce climat de confrontation, de lutte de pouvoir où l’homme n’a pas le droit de répliquer, sous peine de se faire qualifier de macho/violent/mysogine/toxique/etc.., est malsain et ne peut mener à terme qu’à une guerre des sexes que les femmes ne pourront gagner.

      Optons plutôt pour une VRAI égalité, un VRAI respect entre les deux sexes. Traitons l’autre comme nous souhaiterions être traités, soit avec empathie, de façon juste et équitable.

      Cessons de reproduire ce schéma relationnel dominant-dominé toxique entre les deux sexes.

      Reply
  3. Laplante

    Denise Bombardier sors de ce corps…

    Reply
  4. Leandri

    Le ridicule de ce « langage genré » est néfaste aux femmes : Ma grand mère ,née en 1870 (je dis bien dix-huit cent..) a occupé sans problème des postes important dans sa vie professionnelle , et à la maison c’est elle qui gérait tout ..Ma femme qui a 76 ans en a fait de même en France et la CEE lui confiait des mission au proche Orient..dans des pays peu enclins au « féminisme »! Savoir s’imposer , convaincre est une qualité qui finit par triompher des erreurs sociétales qui persistent dans le monde entier ..mais ce langage « genré » est une absurdité qui rend la langue alourdie et ridicule . .Exemple l’expression « les droits de l’homme » :Qui peut prétendre qu’il ne s’agit pas de l’espèce humaine tout entière ? Le « féminisme » n’est pas une bonne solution, car il suppose une soi-disant faiblesse des femmes,tout à fait inappropriée.
    Je suis un homme de 83 ans, et quelque expérience due à mon age.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.