|

La petite histoire de la grande Histoire…

Par Éric-Olivier Dallard

Musée du ski des Laurentides

Accès annonçait la semaine dernière l’ouverture du Musée du ski des Laurentides, au 30 rue Filion à Saint-Sauveur, un projet de longue haleine qui voit finalement le jour avec panache. Quelle est l’histoire de ce Musée?

En 1982, un groupe de passionnés du ski et de férus d’histoire fonde le Musée du ski des Laurentides auquel ils joignent le Temple de la renommée du ski des Laurentides. Leur objectif est double : D’une part préserver la mémoire du rôle que cette activité a joué et joue encore dans le développement économique, touristique, technologique, voire culturel de la région des Laurentides, du Québec et du Canada; D’autre part, perpétuer le souvenir de ceux et celles qui, à titre d’amateurs, d’athlètes, d’hommes d’affaires, de promoteurs, d’administrateurs, de moniteurs, d’entraîneurs ont contribué au progrès du ski comme sport à la fois de récréation et de compétition.

En 1992, le Musée du ski et le Temple de la renommée fusionnent avec le Musée Jack-rabbit fondé quelques années plus tôt par Alice Johannsen, suite à la mort de son père M. Herman Smith-Johannsen dit «Jackrabbit». Le Musée du ski des Laurentides s’installe alors dans la demeure patrimoniale des Johannsen à Piedmont jusqu’en 1998. En 2000, un nouveau groupe d’enthousiastes, mené par Linda Crutchfield et Robert Shelso, reprend le projet de musée. Ils relocalisent le musée dans un restaurant de Saint-Sauveur, Biggy’s, mais le restaurant ferme en 2004. Le Musée présente une exposition temporaire au centre communautaire St. Francis of the Birds en 2005, afin de commémorer le 150e de Saint-Sauveur. En 2008, un nouveau pan de l’histoire du musée s’amorce… en collaboration avec la Société d’histoire et de généalogie des Pays-d’en-Haut et de la Chambre de commerce et de tourisme de la Vallée de Saint-Sauveur; la ville de Saint-Sauveur accepte de relocaliser le Musée du ski des Laurentides et le Temple de la renommée du ski des Laurentides. Il trouvera son nid dans un immeuble qui abritait le poste de police et la caserne de pompiers de la municipalité.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.