pub de recyclage
2010-10-20-11-11-19-4cbfaf577def72_josee_ok_2_1.jpg
|

Colombine mène l’enquête

Par Josée Pilotte

Il ne le savait pas, mais j’étais en mission. Remarquez que je suis toujours un peu en mission, une mission commandée par mon travail d’abord, et cette semaine par vos nombreuses apostrophes. On nous accuse souvent, nous les journalistes, de toujours être en mode «réaction», d’arriver sur les cendres de l’incendie, d’arriver au moment de la «signature de l’entente», d’arriver quand l’arbre est tombé. D’arriver toujours après le meurtre… Après donc que les lampadaires aient balafré notre beau village, et rebaptisé «Jean Adam» en boulevard «Taschereau, Saint-Sauveur, PQ». Une belle tache sur le visage de notre région.

Mais ça, il le sait déjà, on lui a assez dit.

Toujours est-il que cette semaine j’étais en mission commandée à hôtel de ville de Saint-Sauveur. Déjà que plusieurs d’entre vous hésitez à me donner vos noms, et que même simplement être vu en ma présence semble vous terroriser: on stationne sa voiture chez le voisin pour qu’elle ne soit pas aperçue, on passe la porte d’Accès la nuit tombée, afin de ne pas être vu… Et quand on a le courage de m’inviter à dîner, on réserve à 15h30, une table au fond, à l’abri des regards indiscrets. Des gens qui s’assument quoi! C’est vrai qu’on vit dans un p’tit village…

Il fallait bien que quelqu’un aille au bat pour vous. J’y suis allée. Sans gilet pare-balles. Gentleman, Jean Beaulieu, le directeur général de la Ville, m’a même offert un Perrier et on a eu la délicatesse de laisser les volets entr’ouverts sur la vue du Mont Saint-Sauveur.

Deux heures à poser des questions, à écouter les réponses, à reposer les mêmes questions différemment, à ré-écouter les mêmes réponses toujours semblables. Deux heures assis presque côte-à-côte, le maire et moi, tantôt les poings sur la table, tantôt les bras croisés.

Nous avons discuté de nombreuses choses, mais surtout de l’annonce récente du ministre Whissell de la reconstruction du viaduc de la sortie 60 de Saint-Sauveur.
– Allez-vous faire une consultation publique pour l’aménagement de la sortie?
– Non.

Des plans atterrissent sur la table, des photos s’envolent. On revient sur l’histoire des lampadaires. Des chiffres tombent. «386 765,12$».

On repart sur le viaduc, parce que vos inquiétudes étaient réelles, chers lecteurs, en particulier la crainte de voir se reproduire la vision désastreuse de la 364, une image sans vision, une urbanité sans âme; bref vous craignez qu’on nous fasse avaler un Laval à Saint-Sauveur.

Mais ça, il sait, je lui ai assez dit.
– Ce que veut la population Monsieur le Maire, c’est simple: on ne veut pas n’importe quelle sortie, il faut qu’elle soit ex-cep-tion-nel-le, qu’on fasse WOW!, dès l’entrée du village. On apprécierait aussi avoir minimalement un droit de regard. Parce qu’on ne parle pas de la gestion de la petite caisse de la Marie, là; la Sortie 60, c’est notre «carte de visite», c’est ce qu’on va présenter au monde entier pour les prochains 40 ans. On peux-tu en parle?
– Josée, on va faire quelque chose de beau, vous allez voir, il va y avoir des aménagements paysagers… mais y’a pas 36 façons de construire un pont tu sais!»

Ben cou’donc.

Sérieusement, il en fait des bons coups notre Maire Lagacé: l’aspect écologique de l’hôtel de ville, le sentier de patin, les jeux d’eau, l’élargissement nécessaire de la 364… Et il a de belles idées en plus: j’ai vu aussi les plans de sa piscine, vraiment spectaculaire!, et tout ça, en harmonie avec le décor. J’ai vu aussi l’endroit où il veut déposer «Saint-Francis-of-the-Birds»: en fait sur les terrains de tennis actuel à côté de l’église au cœur d’un «Quartier des Arts»; les terrains de tennis, eux, étant relocalisés au «Rendez-vous des Sportifs», dernière le chalet Pauline-Vanier où se trouvent déjà le terrain de soccer, le sentier de patin, les jeux d’eau…
«Quartier des Arts»?
«Rendez-vous des Sportifs»??

J’viens-tu de trouver des mots porteurs pour sa prochaine campagne électorale, moi là???

Pas pire pour une «idéaliste naïve», hein Monsieur le Maire!

Donc, j’y suis allée…
… seule, pour vous lecteurs, rencontrer le maire et discuter de combien la subtilité de la beauté est essentielle.

J’ai vu…
… des plans bien ficelés, et des aménagements bien découpés,

et des belles photos en couleurs, et un sondage qui dit que vous êtes majoritairement en faveur de la piscine et qui dit aussi que…

J’ai vaincu…

J’ai vaincu?!?

Monsieur le maire nous reproche souvent de chialer, de «chercher des poux».

Ben… pour une fois on prend les devants! Cette rencontre, Monsieur le Maire, elle était justement pour éviter que la population ne soit une fois de plus mise devant le fait accompli… et que son journal, Accès, doive encore chialer.

N’oubliez pas, Monsieur Lagacé: nous sommes le haut-parleur de votre communauté, une communauté qui porte des idées et des idéaux.

Notre journal, c’est un forum d’échanges.

Et notre job, c’est de susciter des débats d’idées pour bâtir un monde meilleur.

Et vous?

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.