|

Sky is the limit

Par Josée Pilotte

Vous tenez entre vos mains un nouvel Accès amélioré. Un Accès toujours audacieux, mais plus beau, plus fluide, plus dynamique, dans une structure plus affirmée, plus vive. Nous nous sommes creusé la tête (faut dire qu’on aime ben ça, c’en est même un passe-temps…) afin qu’il reflète à la fois l’accessibilité à l’information et notre «trip d’artistes». Avec une touche d’insolence, nous avons toujours voulu, pour vous (surtout pour vous), franchir des limites qui parfois semblent scléroser les médias de notre région. Franchir nos propres limites en tant qu’éditrices… Pis, franchement, vous dire, on ne l’aimerait pas autant notre job s’il ne s’agissait que de «remplir pour remplir» un 48 pages chaque semaine, tout en regardant notre compétition aller…

Nous avons pensé vous faire plaisir en vous offrant chaque mois un nouveau chroniqueur vedette qui viendra pimenter nos pages de sa plume et de ses opinions. Chaque mois vous aurez donc la surprise de découvrir une nouvelle «star» grand public à même nos pages.

Ce mois-ci nous sommes très fiers d’accueillir dans notre équipe Fabienne Larouche, une femme à la fois inspirante, audacieuse, qui a teinté le paysage québécois par ses nombreuses réalisations télévisuelles et ses prises de positions; elles sont peu nombreuses à pouvoir se vanter d’être aussi influentes qu’elle au Québec. Les défricheuses qu’ont été Janette Bertrand et Lise Payette ont-elles investi cet objet de la sphère domestique (la télé dans la cuisine) en sachant la place qu’il allait occuper, en fait, dans l’espace public? Car contrairement à l’industritrie des journaux qui vit à l’extérieur de la chaumière («chéri, je sors acheter le journal»), la télévision meuble la maison d’abord, avant de meubler notre imaginaire. C’est peut-être la raison pour laquelle les hommes l’ont délaissée, pour contrôler davantage les médias écrits… peut-être faute d’avoir vu à temps le pouvoir qu’elle prendrait… ou peut-être que je viens tout juste d’inventer une nouvelle théorie. En tous cas, «télévision», c’est bien féminin non? Et «jounal», c’est…?

Mais.

J’y pense. Pourquoi donc encore un Conseil du statut de la femme du Québec puisque dans les sphères les plus influentes (les médias, la politique), les femmes sont de véritables leaders? Je sais très bien que la bataille n’est pas gagnée d’avance, que trop souvent nous ne l’avons pas eu facile et nous ne l’avons pas encore aujourd’hui mais quand je pense à Pauline Marois, Monique Jérôme-Forget en politique… à Fabienne, Julie, Véronique en télévision – seuls leurs prénoms suffisent, c’est dire! Avec leurs boîtes de prod, Aetios, Productions J et Novem, ces trois-là rythment le paysage télévisuel d’ici depuis une bonne décennie… Et Dieu sait que la «tivi» modèle véritablement nos idéaux, nos rapports politiques, familiaux, sociaux! Pensez aux Belles histoires des Pays-d’en-Haut qui sont entrées dans nos maisons, avec d’autres, pour en faire sortir la «Grande noirceur». Une époque à oublier. Définitivement. Au fond, la télévision aura amené la lumière dans nos chaumières. Thanks God! Alors c’est vous dire combien nous applaudissons que la reine de la télé, ce médium omniprésent, veuille écrire dans notre canard; une féministe comme moi ne peut qu’en être fière. Vous comprendrez. Ou m’en excuserez.

Débattre, abattre, Accès c’est tout ça. Vous parler autrement, c’est ça aussi. C’est même une raison d’être. Entrer dans l’intimité de votre maison en faisant partie de vos discussions: notre dope à nous.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.