Parc du Mont Loup-Garou : Que devient le projet ?

Diane Boutillette
Parc du Mont Loup-Garou : Que devient le projet ?
Soirée d’information, à la Place des Citoyens, le 4 juin.

La mairesse de Sainte-Adèle, Nadine Brière, a présenté un bilan positif des étapes de réalisation du projet du parc du mont Loup-Garou, lors d’une soirée d’information, à la Place des Citoyens, le 4 juin.

 

Près de 200 personnes étaient au rendez-vous afin d’avoir des nouvelles du projet. Contrairement à ce qui se passe lors des conseils municipaux, la plupart d’entre elles venaient y exprimer leur soutien.

« L’an passé, plus de 275 citoyens et amateurs de plein-air ont assisté à la soirée d’information. Les gens nous ont témoigné leur appui au projet », a évoqué Mme Brière.

Le plein-air est en danger

Afin d’illustrer la situation du plein-air sur le territoire de Sainte-Adèle, la mairesse a réaffirmé la nécessité de concrétiser le projet du parc du mont Loup-Garou. « Plus de 90% de nos sentiers sont situés sur des terrains privés », a-t-elle indiqué.

À titre d’exemple, Mme Brière a cité les pistes traversant les terres du Chantecler. « La notoriété du réseau a été acquise sur la base de terrains appartenant à un seul propriétaire. Comment pouvons-nous assurer une vision du plein-air quand nous n’avons pas d’espace réellement à nous », a-t-elle questionné. En effet, un important projet immobilier a été déposé par le propriétaire du Chantecler, Jacques Goupil. Le début des travaux prévu pour le printemps 2020 menace la survie des sentiers.

« Il s’agit d’un projet immobilier qui ne nécessite aucun changement de zonage. Il est donc conforme à la réglementation, a expliqué la mairesse. M. Goupil nous a permis de créer un réseau hors du commun qui fait la notoriété de Sainte-Adèle et on le remercie grandement. Mais, selon le conseil de ville, nous devons, dans les prochaines années, passer à une autre étape », a-t-elle souligné.

Pourquoi créer un parc ?

Mme Brière a expliqué aux citoyens l’importance de la création du parc du mont Loup-Garou afin de ne plus dépendre de la clémence des propriétaires de terrains et d’assurer la pérennité des pistes pour les générations futures. Le conseil affirme également que la réalisation du projet permettra notamment de centraliser les activités de plein-air et de protéger la nature et l’environnement.

On projette la création d’un parc récréotouristique de plus de 810 acres, soit l’équivalent de 612 terrains de football. Des sentiers de raquette, de ski de fond, de fatbike, de randonnée et de vélo de montagne y seront aménagés.

Une étude réalisée sur une période de 12 mois uniquement dans le secteur Chantecler révèle que plus de 88 000 personnes fréquentent annuellement les sentiers. Ce qui représente pour Sainte-Adèle des retombées économiques s’élevant à plus de 2,7 M$ par année.

Un travail de longue haleine

La mairesse a déclaré avoir sous-estimé l’ampleur du travail avant l’aboutissement du projet. La municipalité a donc recours aux services d’une firme spécialisée en financement philanthropique lui offrant des conseils et du soutien dans ses recherches de subventions. Depuis, plusieurs demandes ont été déposées auprès des gouvernements, des fondations publiques et privées, et de différents organismes et bailleurs de fonds. En attente de plusieurs réponses, la ville se montre persévérante. S’échelonnant sur plusieurs années, le projet est évalué à 3M$.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de