Parc du Mont Loup-Garou : Quelques éclaircissements s’imposent

Par Production Accès
Parc du Mont Loup-Garou : Quelques éclaircissements s’imposent
La mairesse de Sainte-Adèle, Nadine Brière. (Photo : Françoise Le Guen)

Françoise Le Guen – La Ville de Sainte-Adèle convoquera à nouveau la population pour l’informer des démarches effectuées, le 4 juin prochain. « On va mettre cartes sur table », affirme la mairesse, Nadine Brière.

 

« C’est un projet qu’on pense encore viable au conseil municipal, dit Nadine Brière. Notre date butoir est fin 2020 lorsque la réserve foncière va être complétée. Mais on se donne jusqu’à l’automne pour voir si du positif sort de nos demandes de subventions. Si les subventions et dons recueillis ne sont pas à la hauteur des attentes du conseil, le projet ne se fera pas. »

Les actions

Cette dernière rappelle que la ville n’a pas l’intention de faire assumer une dette de 3 M$ à ses contribuables. « Le financement repose sur des subventions gouvernementales, des dons provenant de fondations et de grands donateurs, des commandites, une campagne de sociofinancement et une contribution de la ville pour le solde. » Pour le moment sur la vingtaine de demandes de dons en cours, une seule fondation a embarqué et fait une promesse.

La ville est en négociation avec les propriétaires des sept terrains ciblés. Par ailleurs, une réserve foncière sur les terrains a été déposée en automne 2018. Elle est valide pendant deux ans. « Des offres d’achat conditionnelles ont été faites. Aucune acquisition de terrains n’aura lieu tant que la ville n’aura pas reçu la confirmation des dons et subventions. Pour l’instant on ne parle pas d’expropriation », précise la mairesse.

Réseau de sentiers menacé

Nadine Brière souligne que 90 % des sentiers actuels sont situés sur des terrains privés. «  Ces statistiques alarmantes comprennent notamment la totalité des sentiers se trouvant au Chanteclerc dont le propriétaire a manifesté son intention d’y faire un développement résidentiel dans les prochaines années. C’est donc une question de temps avant que les usagers perdent l’accès à ces sentiers. »

Enjeux

La Chaire de tourisme Transat de l’UQAM a effectué une étude entre le 15 décembre 2017 et le 15 novembre 2018, dans le secteur P3 du Chanteclerc uniquement, visant à mesurer l’impact économique attribuable aux activités de plein-air. Celle-ci démontre notamment que les retombées économiques, sur 12 mois, sont de 2,7 M$ pour Sainte-Adèle. Selon la mairesse, le parc est un moteur économique essentiel ainsi qu’un enjeu écologique et social.

Le coût du projet dans sa forme actuelle est estimé à 3 M$, somme qui sera répartie entre les acquisitions de terrains (environ 2 M$) et les infrastructures du parc (chalets, stationnement, développement de sentiers…)

Opposition

André Lavallée est l’un des opposants au projet. « Je suis tout à fait d’accord avec le parc. On est pour le développement, mais pas à n’importe quel prix. Et le problème est que la mairesse nous avait annoncé que le Loup-Garou ne coûterait rien aux citoyens, mais ce n’est pas du tout le cas.

Quelle est la raison pour laquelle la ville emprunte 3 M$ ?

On n’a pas les moyens d’embarquer dans le projet avec la dette que nous avons présentement », martèle l’ancien candidat au poste de maire. « La ville aurait pu s’arranger avec les propriétaires et leur donner un congé de taxes et utiliser leurs terrains. Et, pour le moment, il n’y a rien de rentré du côté des grands donateurs, le compte est à zéro. » Selon lui, la pérennité de Sainte-Adèle commence par la revitalisation du centre-ville et le soutien aux commerçants.

Bémols

Jean-Pierre Letourneau, bénévole de Plein Air Sainte-Adèle, est un fervent défenseur du parc, mais selon lui, il y a des questions qui demeurent sans réponses, « par exemple sur l’achalandage, l’usage, le budget annuel de fonctionnement et l’aménagement. Ce sont des questions qui n’ont pas été bien clarifiées ».

Il estime que les élus auraient dû fait en sorte d’organiser davantage de débats, de tables rondes et inviter des conférenciers, « des gens qui sont dans le milieu, qui sont à même de rassurer ». Dans la gestion du dossier avec les opposants il aurait souhaité que davantage d’informations soient transmises aux gens. « Je considère qu’ils sont très mal informés, ce qui fait qu’ils ont une fausse perception au niveau de l’aspect des coûts versus les revenus. Les gens considèrent beaucoup trop que c’est une dépense, mais on parle très peu des retombées économiques et du bienfait d’avoir une nature de proximité. »

Le Parc du Mont Loup-Garou :
  • Un projet de 810 acres.
  • Le règlement d’emprunt a été adopté le 21 janvier dernier et transmis au ministère des Affaires municipales et de l’habitation (MAMH) pour approbation.
  • Une fois l’emprunt autorisé, l’argent ne sera pas utilisé tant que les acquisitions ne sont pas faites.
  • Si le projet ne va pas de l’avant, le règlement d’emprunt sera annulé.
  • L’argent du Fonds de parc, environ 100 000 $, sera attribué au Parc.
  • L’accès sera gratuit pour les citoyens de Sainte-Adèle.
Partager cet article

7
Laisser un commentaire

avatar
5 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
Alain DaviaultClaude ChapdelaineMichelle SullivanGilles BelleroseFrancine Morin Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Claude Scott
Invité
Claude Scott

Il est temps que le provincial allume. Ils ont une quantité illimité de milliard$$$$$ pour la maladie mais la prévention coute vraiment beaucoup moins cher. Ministeres du tourisme et de la santé faites votre part. Des gens viennent de partout. Dans le train je parle avec des européens venus en vacances attirés par le parc linéaire, meme de Suede et Norvege. Pas d investissement = pas d avenir. N abandonnez pas les jeunes. Vous laissez des tonnes en déficit$$$ faudrait penser a laisser du positif. Le gros bon sens a-til quitter? Ou est-il? Jack Rabbit a donné l example, j… Lire plus »

Alain Daviault
Invité
Alain Daviault

Une telle posture de la part de la mairesse et son conseil fait en sorte d’éloigner les citoyens à prendre par aux réflexions et débats. La participation citoyenne n’est pas seulement que de cliquer un j’aime sur une plateforme médiatique. Bien en accord avec l’opinion de M.Létourneau ce qui donne sens à mettre en place de l’éducation populaire par des compétences externes du monde municipal. Toutefois, l’opinion de M. Lavallée est aussi respectable en rapport avec la situation financière alarmante de cette ville . À mon humble avis, la mairesse aurait avantage à travailler un vrai plan de communication afin… Lire plus »

Michelle Sullivan
Invité
Michelle Sullivan

Tout à fait d’accord avec M. Daviault. Je souhaite, moi aussi, que la Ville et ses élus améliorent leur communication. Il s’agit d’une grande faiblesse qui contribue grandement aux tensions, selon moi.

Francine Morin
Invité
Francine Morin

Revitaliser le centre-ville serait un meilleur investissement. C’est la débandade : le boulevard ainsi que les rues Valiquette, Morin, etc. ne sont pas entretenus adéquatement. La première impression d’un visiteur est importante. Je suis d’accord avec M. André Lavallée.

Gilles Bellerose
Invité
Gilles Bellerose

Mme la mairesse avait laissée sous- entendre que si les réponses , n’étais point satisfaisantes ; le tout serait cancellé …

Ce Juin 2019. Voir. /. SOUMISSIONS ET OU AUTRES. ……

Claude Chapdelaine
Invité
Claude Chapdelaine

J’ajoute que le parc comporte deux lacs, deux points de vue, et un refuge. Une occasion unique!

Alain Daviault
Invité
Alain Daviault

Effectivement, il ne faut pas mettre un tel projet sur la tablette ! À mon avis le projet doit sortir de l’enceinte politique et être piloté par les gens concernés. Ne pas laisser les politiciens décider entre-eux tout comme le complexe sportif qui a été créé par bien des vagues politiques depuis plus de 12 ans. Apporter un projet collectif dans la communauté c’est valorisant mais il ne doit pas être construit sans l’apport et concertation des citoyens.