Parcours atypique : Du ski de compétition à l’armée

Par Marie-Catherine Goudreau
Parcours atypique : Du ski de compétition à l’armée

Portrait d’ici

Marilou Bouthiette a 20 ans et a grandi à Prévost. De l’âge de 13 à 19 ans, elle a fait du ski « freestyle » de compétition à Saint-Sauveur. Aujourd’hui, elle en est à la deuxième année de son baccalauréat en droit à l’Université Laval et suit aussi une formation dans l’armée. On vous présente le parcours atypique d’une jeune femme à la hauteur de ses ambitions.

Championne en ski

Son parcours de ski a commencé à l’Académie Lafontaine, où elle a fait la rencontre d’amis qui pratiquaient le sport. Avec les années, des commanditaires l’ont approchée, comme PRFO Sports et Armada. En 2015, elle a remporté le titre de championne canadienne junior en « big air » et en 2016 en « slopestyle ». « Je crois que c’est vraiment le fait que ce soit un sport extrême qui m’a attirée ! Il y avait aussi vraiment une belle ambiance entre notre équipe, les amis, on s’entraide. »

C’est à la suite de plusieurs blessures qu’elle a dû mettre fin à sa carrière de skieuse comme le temps de rétablissement était trop long. « J’ai obtenu la médaille de bronze aux Jeux du Canada et je me suis dit que c’était une belle manière de terminer mes années de ski. Et de toute façon, je voulais aller à l’université après et faire une carrière en droit. »

Un intérêt est né

Elle a donc poursuivi ses études au cégep en sciences humaines profil international. C’est en participant à la simulation des Nations Unies à New York que son intérêt pour les conflits armés et le droit international est né. « J’ai choisi le baccalauréat en droit parce que ça couvrait plus de sujets. Je viens de terminer ma deuxième année, et je viens de m’inscrire au passage intégré pour la maîtrise en droit international et transnational. »

Formation dans l’armée

Et en plus de ses études, elle a décidé cette année de s’inscrire dans l’armée. « J’ai toujours été intéressée par tout ce qui touchait la guerre. Comme j’avais un intérêt pour le droit des conflits armés et le droit international, je trouvais qu’il y avait un bon lien avec l’armée. » Elle s’est donc enrôlée dans l’infanterie pour toucher également au côté physique, puis son objectif est d’avoir une carrière juridique dans les forces armées canadiennes, comme avocate militaire. L’amour du risque, l’entrainement : le ski et l’armée ont des points en communs selon Marilou.

Pour celles qui se questionnent sur leurs intérêts et leur futur, Marilou croit que l’important c’est d’essayer. « Je pense que l’important c’est juste d’y aller. Si tu penses que tu as un intérêt, vas-y et essaye-le. Dans le pire des cas, tu te trompes et tu recommences. Je crois que c’est de mieux en mieux pour la place des femmes, autant en ski que dans l’armée. »

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments