La parole est à Agnès Grondin

Par Journal Accès
La parole est à Agnès Grondin

Dans le cadre de la campagne électorale, Accès LE Journal des Pays-d’en-Haut mène des entrevues vidéo avec les candidat(e)s des circonscriptions d’Argenteuil, Prévost et Bertrand. Ces derniers doivent répondre à deux questions soit :

• si vous aviez une seule chose que vous souhaiteriez voir changée, ce serait laquelle?

• COMME DÉPUTÉ(E), QUELLE ACTION METTRIEZ-VOUS EN PLACE POUR QUE CE CHANGEMENT SE RÉALISE?

Et ce, dans quatre champs d’intervention soit :

L’ENVIRONNEMENT – LA SANTÉ – L’ÉDUCATION – L’ÉCONOMIE

Agnès Grondin, Coalition avenir Québec, Argenteuil

Environnement

– Le fait de restreindre la question du réchauffement climatique à la réduction des gaz à effet de serre a comme effet que les régions ont l’impression de ne pas pouvoir contribuer à ce combat. Or, ce n’est pas le seul enjeu, même s’il est important. On doit élargir notamment à l’adaptation aux changements climatiques, le principal défi. Par exemple, lors d’inondations ou de tornades, il faudra s’occuper du financement et de la prévention.

Santé

– L’important, c’est de mettre l’accent sur la santé et les familles en se dotant d’un plan d’action qui vise à humaniser le système, notamment en offrant du soutien aux aînés afin qu’ils restent à domicile, ainsi que plus de soutien pour accompagner les proches aidants.

Éducation

– Il faut décentraliser l’éducation, car c’est toute une communauté qui élève un enfant et d’autres que les enseignants peuvent participer à l’éducation. Il y aura un travail d’accompagnement des communautés à faire, par exemple pour appuyer, mettre en place ou faire revivre des écoles de village comme à Saint-Adolphe-d’Howard ou Saint-Colomban. Ce qui va nécessiter de mobiliser la population et faire de la gestion intégrée en travaillant avec l’ensemble des intervenants pour planifier un projet réaliste, soutenable et efficient, et ensuite aller chercher le financement et les ressources nécessaires.

Économie

– Le système économique est basé sur des indicateurs de court terme, on n’y intègre pas la notion de bien commun. Par exemple, il est difficile de chiffrer la valeur d’un organisme communautaire, alors que, compte tenu de son rôle dans une communauté, il ne s’agit pas d’une dépense, mais d’un investissement. Développer définitivement l’économie verte et l’innovation. Promouvoir ce type d’économie verte, créatrice d’emplois, et qui atteint l’objectif de zéro gaspillage.

Plus d’info : legault2018.com/fr/equipe/agnes-grondin/

Merci au Mickey’s Café à Morin-Heights.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de