Piedmont dévoile son plan d’action pour les 4 prochaines années

Par Luc Robert (initiative de journalisme local)
Piedmont dévoile son plan d’action pour les 4 prochaines années
La mairesse de Piedmont, Nathalie Rochon, se donne 41 points de repères en environnement. (Photo : Archives)

La Municipalité de Piedmont propose 41 étapes dans son nouveau plan d’action, qui accompagne sa politique environnementale de 2021 à 2025, permettant de s’attaquer aux problématiques regroupées en cinq enjeux.

Pour les fins de l’exercice, les problématiques ont été regroupées sous les thèmes principaux suivants : l’eau, l’air, les nuisances, la gestion des matières résiduelles, ainsi que le sol.

« Avec cette nouvelle politique environnementale et le plan d’action 2021-2025, nous confirmons l’engagement du conseil municipal à agir selon ses valeurs et ses priorités, afin d’en faire davantage pour la préservation de l’environnement et le développement durable local. Notre nouvelle politique est le résultat d’une démarche concrète, qui encadre la poursuite de nos actions pour la protection de notre environnement sur l’ensemble du territoire », a déclaré Mme Rochon, mairesse de Piedmont.

Cette nouvelle politique est le fruit d’un travail de collaboration entre la municipalité et des étudiants en environnement, à l’Université de Sherbrooke. « Notre comité consultatif en environnement (CCE) et les étudiants ont amorcé la démarche à l’été 2019, dans le cadre d’un projet de session. Il a été remis en août 2019 et a servi de base à notre nouvelle politique », a-t-elle spécifié.

Le conseil municipal a notamment démontré son sérieux en adoptant l’hiver dernier une interdiction d’épandage de pesticides dans les limites de la municipalité. Le déboisement est aussi au cœur des préoccupations de l’élue, a-t-elle souligné.

« Le déboisement fait déjà partie de notre réglementation. Elle est sérieuse et imposante. Un étudiant reste avec nous pour assurer un suivi à cet égard. De plus, nous plantons quelque 240 arbres cette semaine. Nous sommes actifs sur le terrain. »

Mme Rochon a achevé l’entrevue en spécifiant que « ce n’est pas parce que je suis sans opposition pour l’élection du 7 novembre, que je ralentirai le rythme. Au contraire, je veux le pouls de la population et je vais à la rencontre des citoyens. Mes pancartes sont plantées et je distribue des fascicules pour bien expliquer nos démarches. »

À la hauteur des aspirations

Compte tenu de son occupation du vaste territoire, la municipalité de Piedmont fait face à plusieurs défis. Pour l’eau : l’amélioration de la qualité de l’eau, de la rivière du Nord et des autres cours d’eau du territoire; le maintien de la qualité et de la disponibilité d’eau potable; l’optimisation des techniques de gestion des eaux pluviales et le contrôle de l’érosion. Pour l’air : la diminution de l’émission de gaz à effet de serre et la réduction de toute pollution atmosphérique, ainsi que l’adaptation aux changements climatiques. Pour les nuisances : le contrôle des nuisances lumineuses et sonores, la sensibilisation à l’embellissement des propriétés; la lutte contre les espèces exotiques envahissantes. Pour la gestion des matières résiduelles : la promotion de la réduction des déchets, de façon à éviter l’enfouissement; la poursuite du plan de gestion des matières résiduelles. Pour le sol : la gestion des pesticides.

« La Municipalité de Piedmont est depuis longtemps soucieuse de la protection de l’environnement et du bien-être de ses citoyens (…). Grâce à la mise en place d’un comité consultatif en environnement depuis 1992, les citoyens peuvent interagir avec nous sur les sujets environnementaux qui leur tiennent à cœur », a-t-elle poursuivi.

Rappelons que la première politique environnementale de la Municipalité de Piedmont a été mise en place en mai 2009. Depuis, une version révisée a été présentée en juin 2013, qui avait permis la réalisation d’une foule d’actions ciblées, dans le plan d’action 2013-2018.

« Se donner un calendrier de 4 ans nous laisse le temps de réaliser la politique. Si ça va plus vite, le plan est un outil que nous pouvons réajuster. Nos directives sont sérieuses et elles répondent à la demande de plusieurs citoyens. La politique donne aussi des idées à l’administration et aux citoyens comment agir soucieusement au quotidien », a poursuivi Mme Rochon.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments