Pierre Melanson, candidat indépendant à la mairie

Par Journal Accès
Pierre Melanson, candidat indépendant à la mairie

Sainte-Anne-des-Lacs

Plusieurs raisons ont motivé Pierre Melanson à poser sa candidature à la mairie de Sainte-Anne-des-Lacs. L’homme de 45 ans se dit découragé des projets réalisés par l’administration actuelle, projets qu’il considère comme saugrenus et insensés. De plus, il soutient que malgré l’accroissement des revenus fiscaux de la municipalité, la qualité des services aux citoyens a plutôt été réduite dans des secteurs qu’il considère de premier ordre.

 

S’il est élu, le candidat indépendant entend contrer les lacunes de l’appareil administratif, qu’il considère comme inefficace, et compte également réduire certaines dépenses de gestion et d’administration qui selon lui sont exagérées.

 

La protection de

l’environnement naturel

M. Melanson souhaite que la municipalité s’implique davantage dans la préservation, l’élaboration et l’aménagement des sentiers présents sur le territoire. Il soutient qu’une majorité de résidents choisissent de s’établir dans la région pour profiter de la forêt et du milieu naturel.

 

De plus, il considère les réseaux de sentiers, et plus généralement l’environnement naturel, comme des atouts qui attirent de l’extérieur une clientèle pour l’économie locale. 

 

Titulaire d’une maîtrise en écotoxicologie et soucieux de l’environnement en général, Pierre Melanson se dit favorable à une rigueur accrue en ce qui a trait à la protection des lacs et cours d’eau. Même s’il concède que certaines anciennes constructions bénéficient de droits acquis quant aux bandes riveraines, il demeure catégorique à propos du respect des normes environnementales pour toute construction récente. Pour lui, l’administration actuelle a fait preuve d’un manque de transparence dans ce dossier.

 

«La zone végétale des bandes riveraines est passée de 15 à 10 mètres, et ce, sans consultation réelle de la population. Ce genre de décision concerne l’ensemble des résidents, qui aurait dû être consulté. »

 

Le développement

communautaire

Pierre Melanson appelle à conserver une notion de «gros village». Il soutient qu’à 3300 habitants, la municipalité dispose d’un côté campagnard et espère éviter d’y voir transposer «la psychose de la ville et de la banlieue, où personne ne se parle et ne se connaît». Il souhaiterait voir plus de commerces et d’infrastructures teintés d’une image communautaire.

 

«Nous avons déjà le marché Éco-Gourmet, où les producteurs et les artisans locaux se réunissent tous les dimanches pour vendre leurs produits. Nous avons besoin de plus de services de ce type pour favoriser les liens dans la population.»

 

S’il est élu, il entend mettre sur pied divers services, tel un centre d’aide à la famille, un point de chute pour le covoiturage ainsi que des réunions citoyennes pour prendre le pouls de la population. De plus, il décrit le manque flagrant d’infrastructures destinées aux personnes âgées, et voudrait voir davantage de services aux aînés dans la municipalité.

 

«Il n’est pas souhaitable que nos aînés s’expatrient vers les grands centres pour couler leurs beaux jours. Je souhaite voir s’implanter sur le territoire divers services adaptés aux gens du troisième âge, pour qu’ils puissent demeurer dans la municipalité.»

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de