(Photo : Plein air Pays-d'en-Haut)

SOPAIR : La MRC lance un programme pour la pérennisation des sentiers

Par Marie-Catherine Goudreau

La Société de plein air des Pays-d’en-Haut (SOPAIR) a tenu son assemblée générale annuelle le 23 mars dernier au chalet Bellevue à Morin-Heights. Lors de celle-ci, la SOPAIR a invité les clubs de plein air et les villes à proposer leurs projets pour le programme Signature innovation de la MRC des Pays-d’en-Haut.

La SOPAIR travaille activement au déploiement du programme sur le territoire de la MRC. Celle-ci, ainsi que le MAMH, financeront des projets sur la pérennité et la mise en valeur des sentiers récréatifs non motorisées. Ainsi, d’ici 2025, ce seront des investissements de plus de 1,6 M$ qui auront été faits dans le cadre de ce programme.

« Leur priorité, c’est la mise en valeur des sentiers et des actifs naturels qui les entourent », a expliqué Marie-France Lajeunesse, directrice générale de l’organisme. La SOPAIR a été mandaté pour l’axe 1 du projet. La MRC fera d’autres annonces prochainement pour les axes à venir. « L’appel des projets sera relativement court et simple, avec de l’accompagnement disponible », a ajouté Mme Lajeunesse.

Il y aura trois catégories de projets qui pourront être financés, a expliqué Gabriel Dagenais de la SOPAIR. D’abord, la consolidation de pôles récréatifs d’importance, la pérennisation de parcours d’interconnexion (parcours patrimoniaux) ainsi que la connectivité des réseaux cyclables avec le parc linéaire le P’tit Train du Nord et le parc du Corridor aérobique. « Un organisme peut appliquer dans les trois catégories », a souligné M. Dagenais.

Corridor Lac Masson 

Au cours de l’année 2022, la SOPAIR a continué de développer le corridor Lac Masson. « Certaines municipalités ne sont pas encore reliées au P’tit Train du Nord. On en fait une priorité à la SOPAIR », a soulignée Mme Lajeunesse. Ce projet « de grande envergure » vise à relier les municipalités d’Estérel et de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson au P’tit Train du Nord par un sentier « multifonctionnel ». Le parcours reliera le parc linéaire, le noyau villageois de Sainte-Marguerite et le parc d’Estérel.

L’équipe de la SOPAIR a permis la coordination des différentes étapes de projets. Puis, l’organisme a également participé à la démarche entre les divers intervenants comme les propriétaires, les ingénieurs, les notaires, etc. L’équipe travaille aussi à la recherche de financement. On prévoie d’autres aménagements dès juin 2023 dans certains secteurs.

Les plans et devis sont complétés, mais l’organisme est en attente des dernières servitudes qui doivent être signées. Les premières phases de constructions devraient commencer dès cet été. « Le reste va dépendre des autorisations ministérielles. Si on est réalistes avec les délais, on pourrait penser finir cette phase de projet l’année prochaine », a rapporté la directrice générale.

Connexion des villages par le ski

L’organisme de plein air participe aussi sur le projet des sentiers patrimoniaux des Pays-d’en-Haut. Depuis deux ans, la SOPAIR s’est allié à l’Institut des territoires et à de nombreux partenaires « mordus de ski nordique ». Leur objectif est de faire revivre et pérenniser ces sentiers patrimoniaux sur un horizon de 10 ans.

De plus, la SOPAIR souhaite se doter d’une expertise terrain dans le cadre du projet de la Route blanche. L’objectif est « d’évaluer le potentiel récréotouristique de parcours multi-jours utilisant des sentiers de ski nordique déjà pérennisés ». Une équipe a même analysé des dizaines de kilomètres de parcours skiables lors de l’hiver 2022-2023. Il s’agit de Camille Carle et de Jean- François Girard.

Vous pourrez retrouver le rapport annuel pour l’année 2022 sur le site web de la SOPAIR.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *