Plus qu’un voyage, c’est un mode de vie !

Par France Poirier
Plus qu’un voyage, c’est un mode de vie !
Yvan Patenaude et Nathalie Hébert sur leur bateau. (Photo : Courtoisie)

Le directeur général de la Ville de Saint-Jérôme, Yvan Patenaude, quitte ses fonctions le 31 juillet, après plus d’une trentaine d’années de services. Il partira vivre l’aventure de sa vie avec sa conjointe Nathalie Hébert, alors qu’ils souhaitent faire le tour du monde en voilier.

« Nous allons rejoindre notre bateau qui est aux États-Unis, d’où nous partirons en août », nous confie celui-ci. Il demeurera toutefois à l’emploi de la Ville comme conseiller stratégique à temps partiel pour assurer la transition du nouveau directeur, mais il va travailler à distance de son bateau. La vraie retraite est en 2022. « Cette période permettra au conseil qui sera élu en novembre d’établir un processus de sélection pour l’embauche d’un nouveau directeur général. Avec les élections municipales sur l’ensemble du territoire québécois, certains directeurs peuvent bouger, alors c’est un bon moment pour ouvrir ce poste. En attendant, il y aura un dg par intérim qui a agi à ce titre dans différentes villes, dont Longueuil et Joliette et qui est natif de Saint-Jérôme, Raynald Gravel », explique Yvan Patenaude.

Projet avorté par la pandémie

En mars 2020, il avait le projet de prendre sa retraite. Sa conjointe Nathalie avait pris la sienne le 1er janvier 2020. Il devait annoncer officiellement la sienne en mars 2020. « Puis est arrivé la « petite crise » que l’on connaît. Ce n’était pas le moment de laisser l’organisation dans cette situation et dans un contexte d’incertitude. De plus, toutes les frontières étaient fermées, pas question de voyager. Notre projet était de partir en octobre 2020 en voilier », nous explique Yvan Patenaude.

« Pour moi ce n’était pas une punition. Le projet ville m’anime beaucoup, la panification stratégique, être là pour les services aux citoyens, ça me plaît. J’ai maintenant un projet de vie avec ma femme et c’est de partir à voilier. Ça fait 40 ans qu’on est ensemble, on le rêve depuis des années! En 1988, on a fait dix mois à bord de notre voilier. J’avais laissé mon travail, ma blonde avait pris un congé différé et c’est comme ça qu’on est parti. Ça été le déclencheur de dire plus tard on va aller plus loin. On est revenu au bercail et on a vécu notre vie. On y rêve depuis longtemps, c’est notre projet de vie. On a eu un fils, qui a aujourd’hui 31 ans ».

« On n’a pas de date de retour, on n’a pas de date pour terminer le projet. Si ça dure cinq ans, ce sera ça, ça peut aussi durer dix ans, on verra. On a tout vendu, maison, les voitures sont placées et nos choses sont en entrepôt. On vit chez des amis dans une roulotte au lac des Deux-Montagnes jusqu’à notre départ. Notre fils va sûrement venir nous rendre visite et nous allons revenir voir nos proches, nos mères vivent encore. On est joignable en tout temps, les communications sont très bonnes, même sur l’eau par le satellite. »

Passion commune

Yvan et Nathalie ont presque toujours eu des bateaux depuis le début de leur vie de couple, il y a 40 ans. « On a commencé plus petit et on a grossi tranquillement. Nous avons nommé notre bateau NAVYO parce que NAVY c’est Yvan à l’envers, puis NA parce ma conjointe s’appelle Nathalie et finalement YO pour notre fils Yoan, un amalgame de nos noms. »

Ils vont descendre le Lac Champlain, le canal Champlain, la rivière Hudson à New York et puis prendre la mer. Ils descendront la côte est-américaine jusqu’en Floride, après ce sera les Bahamas (janvier-février-mars), ensuite les îles vierges (avril-mai-juin) pour se rendre vers le sud des Antilles. Par la suite, ils vont remonter les îles, Les Bermudes, Les Açores et l’Espagne et après ce sera Méditerranée.

« Nous naviguons tous les deux. On joue chacun nos rôles et Nathalie est très bonne. On est conscient que ce ne sera pas facile. On n’est pas à l’abri de rien, mais on gère le risque. Sur un voilier, il y a toujours du travail, ce n’est pas toujours facile, mais nous sommes bien préparés. Par ailleurs, c’est une vie de plein air, une vie en nature, c’est très agréable, ton paysage change tous les jours. Quand on plonge, on fait la chasse sous-marine, on va chercher nos poissons au harpon en apnée, c’est magnifique. Un mode de vie auquel on se prépare depuis des années », explique Yvan Patenaude.

Leur objectif c’est de faire le tour du monde, ils ne sont pas pressés, minimum cinq ans, mais ça peut leur prendre dix ans. Ils souhaitent s’arrêter où bon leur semblera et ils sont très enthousiastes de l’aventure qui les attend.

Bon vent les amoureux!

Bon vent

L’expression « Bon vent » vient de la marine, avec les voiliers. Lorsque les marins s’apprêtaient à partir en mer, leurs proches leur disaient « bon vent », dans le sens où ils leur souhaitent d’avoir un vent qui rendra leur navigation agréable et paisible. Par la suite, l’expression fut utilisée plus couramment, pour dire au revoir. (Source : L’internaute)

Les coups de cœur du couple

Le plus bel endroit visité : Assurément les Bahamas à cause de la qualité de l’eau, de sa limpidité. Chaque lieu a son charme, mais on pense à Sainte-Lucie.

Hâte de découvrir : La méditerranée sans hésitation que nous avons hâte de découvrir.

Mésaventure vécue : La première grosse tempête en mer à Cape Fear en Caroline du Nord. Ce n’était pas prévu et il y a eu un avis de tempête. Yvan a été pendant 24 heures à la barre du bateau, le pilote automatique ne fonctionnait plus. Ç’a été toute une aventure.

Meilleur repas en mer : Une langouste grillée sur un feu de plage, que l’on a pêchée. Il n’y a rien pour battre ça.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments