Pont absent, chaînon manquant

Photo de Mathieu Laberge
Par Mathieu Laberge
Pont absent, chaînon manquant

Chutes Glen Wexford à Sainte-Adèle

Mathieu Laberge et Thomas Gallenne – En septembre dernier, la décision est tombée: le projet de reconstruction d’un pont qui enjambait autrefois la rivière du Nord au sud des chutes Glen Wexford, ne figurera pas au budget 2015. Une décision du conseil municipal de Sainte-Adèle qui a consterné les amateurs de plein air.

L’ancien pont en bois, démoli par la Ville en mars 2013 pour des raisons de sécurité, permettait aux amateurs de plein air empruntant le sentier l’Adéloise, de traverser la rivière du Nord.

 

Chaînon manquant

Ce pont était d’autant plus stratégique qu’il permettait à la piste l’Adéloise de relier le centre-ville de Sainte-Adèle au Parc linéaire le P’tit train du Nord, entre les kilomètres 35 et 36. «À ma connaissance, c’est la seule piste dans toutes les Laurentides qui passe sous l’autoroute 15. Si cette piste se concrétise, elle pourrait relier le P’tit train du Nord et le réseau des pistes du secteur Est de la municipalité, avec le réseau des pistes du Chantecler jusqu’au mont Loup- Garou. Cela formerait ainsi un immense réseau», confirme Claude Chapdelaine, président du conseil d’administration de Plein-air Sainte-Adèle (PASA). Ce dernier était sur le terrain la semaine dernière, étudiant d’éventuels droits de passages pour se rendre depuis la route 117 jusqu’au stationnement Émile-Cochand, au pied du parc des pentes 40/80. La construction d’un nouveau pont offrirait à la population un accès à un immense terrain de 582 195 mètres carrés – que la Ville a acquis en 1998 et qui est présentement enclavé (voir carte) – ainsi qu’au mont Baldy situé tout près, autre propriété de la Ville. «Il y a déjà eu un projet de faire un parc dit des chutes Glen Wexford sur ce terrain, avec des pistes de ski, de raquette, de randonnée et de vélo de montagne. Il y a deux ans, nous avions formé un comité avec la Ville pour vérifier où pourraient passer les pistes. C’était vraiment intéressant!», poursuit M. Chapdelaine.

 

Qu’en dit la Ville?

«Suite à la demande du maire, j’ai monté un comité pour qu’on étudie ce dossier»,confirme Nadine Brière, conseillère municipale chargée du dossier plein-air. Plusieurs membres de PASA y siégeaient. Leur première réunion remonte au 21 novembre 2012. «En septembre dernier, en mon absence, le conseil a décidé de ne pas porter le dossier du pont au budget 2015; un dossier plein-air que je chapeaute. Que le conseil prenne une décision sur un dossier dont je suis responsable, sans ma présence, ça n’a pas de bon sens!», s’est insurgée Mme Brière.

«Nous, c’est bien beau faire un pont, mais si ça ne passe pas de chaque bord, qu’est-ce- que ça donne?», répond le maire de Saint-Adèle, Réjean Charbonneau, faisant référence à un propriétaire qui refuse de laisser passer l’Adéloise sur son terrain situé tout proche de ce point névralgique. Interrogés sur d’éventuelles solutions, plusieurs membres de PASA pensent qu’il y a moyen de rediriger l’Adéloise, notamment sur le fameux terrain que la Ville détient. «Que PASA nous propose des tracés alternatifs», a invité le maire.

 

«Le jour où des terrains seront lotis dans ce secteur, la Ville pourra toujours exercer son droit d’aller chercher son 10% pour fin de parc», a avancé Claude Chapdelaine.

 

Au prochain mandat!

Cependant, tout ce dossier ne semblait pas être une priorité pour le maire. «C’est bien beau développer des parcs, mais après, faut que tu les entretiennes; faut du monde pour s’en occuper; les fins de semaine c’est plein de monde qui se ramasse-là! Comment tu vas gérer ça?», lance M. Charbonneau. «Si on manquait de terrain, je comprendrais, mais on a de la place en masse», ajoute-t-il en référence aux terrains de la fiducie foncière situés autour du lac Rond.

Reconstruire un pont et rediriger l’Adéloise permettrait selon des membres de PASA de faire d’une pierre trois coups: compléter le sentier, connecter les parties Est et Ouest du réseau de sentiers de plein air et désenclaver ce fameux terrain municipal, offrant ainsi un parc public dans un des plus beaux secteurs naturels de la ville. Le Parc des chutes Glen Wexford: ne serait-ce pas là justement une belle occasion pour la Ville de proposer un projet «nature» structurant à sa population? «On verra au prochain mandat», a rétorqué le maire, sourire aux lèvres.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de