Premier vignoble bio québécois qui fête ses 25 ans !

Par Journal Accès
Premier vignoble bio québécois qui fête ses 25 ans !

LE VIGNOBLE LES NÉGONDOS À MIRABEL

CLAUDE LALONDE, COLLABORATION SPÉCIALE

C’est en 1993, qu’un couple de québécois (Mario Plante et Carole Desrochers) se met dans la tête de produire les premiers vins bio au Québec. Et qui dit bio, dit : pas de produits chimiques de synthèse, limitation des sulfites et beaucoup plus de travail manuel de la terre. Il faut être animé de convictions solides pour faire ce qu’ils ont fait et ce qu’ils continuent de faire après 25 ans !

Alors après avoir tenté de faire du vin à partir de raisins californiens, ils achètent une terre expropriée à Mirabel de 2 hectares (imaginez il a fallu enlever 110 camions de roches avant de planter la vigne) et se lancent dans le vin bio. Mais au tout début ce n’était pas évident car l’expertise québécoise en bio était pratiquement inexistante.

Ils font tout eux-mêmes sur leur vignoble et sont complètement autonomes. Pendant que je parle avec Mario, Carole saute sur son tracteur pour aller faire ses travaux de la vigne. Le matin vers 5-6 heures le jour même, Mario a effectué un traitement biologique de ses vignes pour contrôler les maladies de la vigne. Toute la vinification est faite par eux. Pour eux c’est vraiment un mode de vie.

Ils ont maintenant 3 hectares et font 10,000 bouteilles de vin (80% en blanc et 20% en rouge) avec leurs 10,000 pieds de vigne de cépages autochtones. Leurs rendements sont passablement bas, ce qui est gage de qualité. Ils apportent beaucoup d’importance à la maturité de leurs raisins et on le voit quand on les goûte. Et tous leurs vins se vendent tous et pas mal rapidement à part ça! Il faut y aller plus tôt dans l’année pour en avoir.

Les vins dégustés

Le St-Vincent, vin blanc, 2016 , $19.00, est élaboré avec du Cayuga et du Geisenhem. De belles notes de poires, de fruits exotiques, de noyaux de pêches qui lui donnent une légère amertume qui s’allie bien à une belle acidité qui fait saliver. Belle sensation de minéralité qui donne un vin bien droit. Le vin a un beau moelleux légèrement gras et est doté d’une belle fraîcheur. Oh que c’est bon !! Au moment d’écrire ces lignes, il y en avait encore.

Le Redbulles, un vin rouge mousseux élaboré avec du Ste-Croix ainsi que du Frontenac et du Maréchal Foch, $28.00. C’est la deuxième année de production. Des notes de fruits rouges bien frais ainsi que des notes de barbe à papa. En bouche, les bulles sont fines, c’est bien crémeux, tout en fruits avec une belle fraîcheur et goût d’une belle persistance. Vous dire que c’est bon…Un must pour toute occasion! Au moment d’écrire ces lignes, il y en avait encore.

Le Suroît, 2017, vin rouge Naturel élaboré avec du Maréchal Foch et du Marquette, $21.00. Des notes délicates de fruits rouges bien frais. En bouche le vin est bien équilibré avec un moelleux un peu ferme, une belle acidité bien fraîche et des tannins gouleyants. Un vin d’une belle buvabilité. Malheureusement il n’y en a plus.

Je n’ai goûté au fameux Julep, vin orange, de cette année car il n’y en avait plus. Dommage. On se reprendra l’année prochaine.

www.negondos.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de