Projet du Grand-Brûlé

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne
Projet du Grand-Brûlé

Hydro présente son tracé A optimisé

Lors d’une présentation faite à la presse le 16 octobre dernier au Manoir St-Sauveur, Sophie Lamoureux, porte-parole d’Hydro-Québec, assistée de Jean-Pierre Giroux, directeur planification à Trans-Énergie et de Marie- Josée Gosselin, chef de projets, a présenté le fameux tracé optimisé de la variante A (axe Centre). Un travail de relation publique qui démontre toute la volonté de la société d’état de vouloir offrir le meilleur tracé possible, en tenant compte des contraintes du terrain, des préoc- cupations des citoyens et des besoins de fournir l’électricité au meilleur coût. 

Mais ce tracé sera-t-il accepté dans les milieux de vie? 

Parmi les principaux impacts qui étaient sources de préoccupations pour le public, celui visuel sur les paysages liés à la hauteur des pylônes et au déboisement arrivaient en tête de liste.

La démarche de consultation a débuté en juin 2012 et a rejoint tous les paliers de gouvernement local, citoyens et organismes du milieu. Puis le 12 décembre 2013, la 1rerencontre du Comité technique régional (CTR) s’est tenue. La dernière en date (la 9e), se tenait le 15 octobre dernier avec la présentation des nouvelles optimisations apportées au projet et bilan des travaux du CTR.

Le même… « optimisé »

Après analyse technique de 10 scénarios possibles, Hydro-Québec a retenu la variante nord A optimisée, d’une ligne à 120kV alimentée par le poste du Grand-Brûlé et raccordée à une ligne existante à 120kV située entre les postes de Saint-Sauveur et de Sainte- Agathe-des-Monts. Si le tracé proposé dès le début par Hydro reste dans les grandes lignes le même, ses représentants soulignent avoir apporté des modifications en réponse aux préoccupations soulevées par les communautés concernées. «On a conçu de nouvelles familles de pylônes plus compacts, on a ajusté la répartition de ces pylônes pour atténuer l’impact visuel et on a réduit la largeur de l’emprise de 16 mètres, ce qui correspondait à un corridor de vol, pour les accès aux hélicoptères. On a ajouté ponctuellement des aires d’atterrissage», précise Mme Lamoureux. Hydro a aussi tenu compte d’un projet de développement dans Saint- Adolphe-d’Howard, secteur du lac Bruyère, et a déplacé le tracé vers le sud.

Simulations visuelles

L’impact d’un tel projet sur les paysages a été au cœur des préoccupations des communautés concernées. Hydro a fait appel à la firme WSP pour produire des simulations visuelles dans différents secteurs de Saint-Adolphe, notamment au nord du lac Saint-Joseph. Selon Mme Lamoureux, les nouveaux pylônes sont passés de 64 à 48 mètres.

Prochaines étapes

Hydro-Québec poursuit sa ronde d’information et de consultation sur la variante de tracé optimisé qu’elle a retenu, ce qui complètera la phase d’avant-projet. Viendra ensuite l’annonce officielle du tracé retenu en vue de l’obtention des autorisations gouvernementales, étape qui devrait débuter au printemps prochain. «Cela prend un an environ pour obtenir ces autorisations», précise Mme Lamoureux. La mise en service de cette future ligne à 120kV n’est pas prévue avant 2017.

Jointe par téléphone, la mairesse de Saint-Adolphe-d’Howard Lisette Lapointe a annoncé qu’elle prendra le temps de rencontrer la presse pour approfondir ses réactions face à la présentation de ce tracé optimisé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de