Projet du parc du Mont Loup-Garou: En recherche du financement

Par Journal Accès
Projet du parc du Mont Loup-Garou: En recherche du financement

Nadine Brière, la mairesse de la Ville de Sainte-Adèle, présentait en juin dernier le projet d’acquisition de plus de 200 hectares dans le secteur du Mont Loup-Garou. PHOTO : Courtoisie

Françoise Le Guen

Les démarches de la Ville de Sainte-Adèle concernant l’acquisition de 200 hectares du secteur du Mont Loup-Garou suivent leur cours. La Ville recherche des dons et des subventions depuis le début du mois de septembre.

« J’ai déjà rencontré les représentants de grands organismes, puis David Graham, le député fédéral de Laurentides-Labelle lundi dernier pour lui parler du projet et voir comment le gouvernement du Canada peut nous aider. Nous avons déjà des réserves foncières pour les terrains visés par le projet du parc. Nous avons également élaboré un plan d’affaires pour le projet que nous présentons à nos investisseurs », explique la mairesse de Sainte-Adèle, Nadine Brière.

Des réponses en juin

Pour le moment, la priorité est la recherche de financement et la Ville se donne jusqu’au mois de juin pour y arriver. « À ce moment-là, on fera le point sur le projet. On saura alors si on va de l’avant ou si on laisse tomber parce qu’on n’a pas assez d’investissement de la part de nos paliers de gouvernement et des grands donateurs. »

Rappelons que le financement requis pour l’acquisition des terrains, le plan de développement et l’aménagement des infrastructures seraient réalisés par l’entremise de subventions gouvernementales, dons, commandites, sociofinancement et une contribution de la Ville de Sainte-Adèle.

 

Le projet

Le projet de parc du Mont Loup-Garou consiste à faire l’acquisition de plus de 200 hectares de terrain dans le secteur boisé et non aménagé situé entre le chemin du Mont Loup-Garou et le chemin du Paysan. Cela permettrait de pérenniser les sentiers et d’assurer un territoire à perpétuité pour y créer des sentiers multiactivités. La Ville souhaite, en effet, protéger le bien commun et préserver la nature dans une optique de développement durable. Sainte-Adèle a la volonté de préserver le patrimoine naturel tout en faisant la promotion des activités de plein-air.

PHOTO: Anie Perron

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de