Projet récréotouristique La Rolland

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne
Projet récréotouristique La Rolland

La signature s’en vient

Sauf cas de force majeure ou imprévu de dernière minute, la conclusion de la vente du parc d’affaires La Rolland au groupe JAMCO Ventures, filiale de MMC Group,  devrait se faire d’ici une semaine. C’est en tous les cas ce que nous a confirmé le président directeur général du parc d’affaires, Roch Bédard.

«J’ai eu une conversation avec les promoteurs encore la semaine dernière et de leur côté tout suit son cours. On devrait signer autour de la date butoir qui était le 15 novembre 2014», précise M. Bédard.

Rappelons que le promoteur JAMCO Ventures, filiale de MMC Group Ltd., Monaco, a présenté au parc d’affaires et à la Ville, un projet récréotouristique de plus de 230 millions de dollars d’investissements.

Ce projet est axé sur les loisirs de proximité à vocation familiale, abordables et accessibles à tous et opérant toute l’année dans un cadre naturel.

Des unités d’hébergement adaptées aux séjours de courte durée ainsi qu’un village incluant un parc aquatique couvert sont projetés pour être ouverts toute l’année. Ce dernier offrira un environnement climatique contrôlé en tout temps.

Pas inquiet du climat économique

On l’a appris la semaine dernière: l’hôtel spa l’Excelsior a fermé ses portes, un établissement de plus dans le domaine du tourisme. Un projet comme La Rolland, dans cette branche là, d’une telle envergure, n’inquiète-t-il pas le PDG du parc d’affaires sur la viabilité d’un tel projet? «Pas vraiment, car on ne parle pas de la même clientèle, ni du même concept. Ce projet vise le récréotourisme familial, une clientèle au revenu moyen. Dans ce marché, les études basées sur plus de 20 projets réalisés en Europe et présentées par le promoteur démontrent que c’est viable à long terme», avance Roch Bédard, ajoutant du même souffle que le promoteur mise sur un taux d’occupation de 65% sur l’ensemble du projet.

Selon l’échéancier du promoteur, les travaux devraient débuter en mai 2015 pour être complétés à l’été 2017.

Éponger les pertes

Depuis la création du parc d’affaires, la Ville s’est portée garante du prêt et couvrait une partie des dépenses du parc. «Le CA du parc d’affaires remboursera une partie de la caution de la ville, mais il y aura une perte c’est certain. Cependant, cette perte sera compensée par la taxe de bienvenue appliquée sur la vente du parc d’affaires, des terrains et immeubles, et des taxes annuelles que générera le site. On ventile ça sur cinq ou six ans», explique le PDG de La Rolland. Ce dernier rappelle que durant les travaux, le projet devrait créer mille emplois directs, plus l’équivalent en emplois indirects durant deux ans, puis par la suite, environ 500 emplois permanents plus 300 saisonniers. «Ce seront des retombées économiques substantielles pour toute la région, et pour nos jeunes, des débouchés plus des plans de carrière», conclut Roch Bédard.

Le projet

84 hectares de terrains

84 000 m² de constructions: 60 000 m² d’hébergements pour séjours de courte durée et 24 000 m² d’équipements intérieurs;

800 unités pouvant accueillir de 2 à 10 personnes, opérées en location de courte durée;

Parc aquatique couvert, 29 degrés à l’année;

Commerces, boutiques, restaurants, sports et loisirs;

Sentiers et zones de jeux et sports extérieurs;

Télécabine nord-sud;

Spa et country-club;

Centre d’affaires, congrès et séminaires;

Musée et centre artisanal et bien plus encore.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de