Projets commerciaux dans les Pays-d'en-Haut

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne
Projets commerciaux dans les Pays-d'en-Haut

La MRC adopte le gel temporaire

Le conseil des maires de la Municipalité régionale de comté (MRC) des Pays-d’en-Haut a décidé de geler temporairement tout projet commercial le long de l’autoroute 15 qui traverse le territoire des Pays-d’en-Haut.

Réunis en conseil de MRC mardi le 11 mars dernier à Wentworth-Nord, les élus ont adopté à l’unanimité sur proposition du maire de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson Gilles Boucher, un avis de motion pour soumettre un projet de résolution pour instaurer un règlement de contrôle intérimaire (RCI), visant l’implantation de nouveaux centres commerciaux et de nouvelles grandes surfaces commerciales, le long de l’autoroute 15, sur le territoire de la MRC.

«En d’autres termes, tout projet commercial de part et d’autre de la 15 est gelé dans les Pays-d’en-Haut pour le moment», a confirmé le préfet de la MRC Charles Garnier. Cet avis de motion concerne donc les quatre municipalités riveraines de la 15 soit: Sainte-Anne-des-Lacs, Piedmont, Saint-Sauveur et Sainte-Adèle.

Retournement de situation à 180 degrés

On se souviendra qu’à la précédente réunion du conseil de la MRC, le préfet avait essuyé un revers, avec le refus unanime des maires présents autour de la table du conseil, d’aller de l’avant avec une résolution pour adopter un tel RCI.

Comment le préfet explique ce retournement de situation? «Lorsqu’on a fait une réunion de travail avec les urbanistes de ces quatre villes et municipalités et l’urbaniste de la MRC, on s’est rendu compte assez vite que les projets commerciaux de cette ampleur, c’est-à-dire avec une portée régionale, ne pouvaient se faire que le long de l’autoroute 15, explique le préfet. Ainsi, il n’était plus nécessaire de faire porter le projet de RCI à l’ensemble de la MRC, CQFD!»

La suite des choses

Parallèlement à cette décision, le conseil des maires a convenu de commander une étude sur l’offre commerciale existante, ainsi que sur la demande commerciale projetée selon des prévisions de croissance démographique, afin de prévenir les fuites commerciales. Cette étude devrait être commandée auprès d’une firme multi-disciplinaire indépendante, et permettre au conseil de prendre une décision éclairée.

D’ici à la prochaine réunion ordinaire du conseil des maires de la MRC qui se tiendra le 8 avril prochain à Morin-Heights, le conseil devrait tenir une réunion spéciale de travail afin de déterminer et valider les paramètres finaux qui devront apparaître dans la proposition de RCI. «On a franchi un pas énorme ce mardi. Et c’est pas demain matin que les terrains vont se bâtir, mais si on ne veut pas se faire envahir par des grandes surfaces commerciales, on est mieux d’y voir», a conclu M. Garnier

Position du CLD des Pays-d’en-Haut

Par une proposition votée à la majorité le 3 février dernier, les membres du conseil d’administration ont appuyé la MRC des Pays-d’en-Haut en ce qui a trait à l’adoption d’un RCI concernant les espaces commerciaux du territoire de la MRC. «Les membres du conseil d’administration sont alors en accord avec la décision du conseil des maires à savoir qu’ils se donneront le temps, grâce à un règlement de contrôle intérimaire, de légiférer sur l’accroissement de l’offre commerciale par l’arrivée de nouveaux joueurs. Aussi, grâce à une étude de l’offre et de la demande commerciale actuelle et future, les élus se doteront d’un outil fort pertinent d’aide à la décision», a mentionné le directeur général du CLD, Stéphane Lalande. Il soutient aussi que le développement économique d’un territoire est fragile car sa richesse est intimement liée à la création de nouvelles entreprises, mais aussi au maintien des entreprises existantes.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de