Promouvoir le court métrage dans toute sa diversité

Par Ève Ménard (journaliste de l'initiative locale)
Promouvoir le court métrage dans toute sa diversité
Image tiré du court métrage Fragments, un des coups de cœur d’Ariane. (Photo : )

Le Festival Plein(s) Écran(s) est de retour pour une 6e édition. L’évènement, qui a lieu entièrement en ligne du 12 au 23 janvier, présente notamment 41 courts métrages, dont 24 dans la compétition québécoise. Le concept est le suivant : 4 films par jour sont disponibles gratuitement pendant 24 heures sur Facebook, Instagram et le site Web Plein(s) Écran(s).

Après avoir visionné quelques 200 films, Ariane Roy-Poirier a élaboré une programmation diversifiée et à sa couleur. Comment opère-t-elle ? C’est bien simple : elle choisit avec son cœur. Celle qui détient une maîtrise en études cinématographiques a aussi pu compter sur l’aide d’un comité consultatif composé de deux cinéastes qu’elle admire.

Souci de représentation

Passionnée de courts métrages, cette première expérience en tant que directrice de la programmation a été extrêmement stimulante pour Ariane, qui en parle avec enthousiasme. « Tous les films sont tellement bons ! », s’exclame-t-elle. « Les propositions sont vraiment originales et sincères. »

Festival Plein(s) Écran(s)
Ariane Roy-Poirier. Crédit : Myranda Plourde

Son mandat était d’ailleurs bien différent de ce qu’elle avait connu par le passé. Chez Plein(s) Écran(s), il y a surtout une mission de développement de public.

« Ce qu’on essaie de faire, c’est de propulser le court métrage là où il n’est pas, grâce entre autres aux réseaux sociaux. » Afin de rejoindre le plus de personnes possibles, autant Ariane que l’organisme étaient soucieux d’une représentation adéquate.

On retrouve donc de la diversité à tous les niveaux : en avant et derrière la caméra, dans les histoires racontées, les voix mises de l’avant ou encore les genres cinématographiques utilisés. « Je crois vraiment à la représentation au cinéma, le fait d’être en mesure de se reconnaitre dans un film », précise Ariane.

Le contenu proposé est d’une grande qualité. On ne peut d’ailleurs pas passer sous silence la présence de deux courts métrages encore dans la course aux Oscars, Frimas de Marianne Farley et Les grandes claques d’Annie St-Pierre.

Le court métrage, lieu d’audace

Dès l’université, Ariane Roy-Poirier s’est découvert une passion pour le développement de public. « J’ai réalisé que j’avais envie de faire découvrir du cinéma à de nouveaux publics, surtout aux jeunes. » C’est alors qu’elle découvre la force et la pertinence du court métrage pour établir un premier contact avec le milieu cinématographique.

L’offre dans cette catégorie est d’ailleurs bien plus diversifiée qu’en longs métrages, ce qui favorise l’attachement du spectateur à une histoire à laquelle il s’identifie.   

« Les courts métrages, c’est l’endroit où il y a le plus d’audace, le plus de sincérité, le plus de voix multiples, définitivement. Le court métrage est un bel endroit pour se faire surprendre par des propositions », conclut Ariane.

Les coups de cœur d’Ariane 

Fragments

Synopsis : La jeune Mery-Rose nous transporte dans son univers, ses discussions avec son grand-père et son apprentissage de la vie.
Réalisation : Aline-Sitoé N’Diaye
Durée : 18 minutes
Quand ? 13 janvier 2022

Le dragon a deux têtes

Synopsis : Pour échapper à la réalité homophobe de leur pays d’origine, deux frères jumeaux brésiliens vivent actuellement en Europe.
Réalisation : Páris Cannes
Durée : 21 minutes
Quand ? 15 janvier 2022

L’abat : film de clôture du festival, filmé à Saint-Eustache

Synopsis : Jules, 17 ans, ouvre les portes de la salle de quilles familiale à un groupe de fêtards qu’il veut impressionner. En tentant de suivre leur débauche, il perd le contrôle.
Réalisation : Olivier Côté
Durée : 19 minutes
Quand ? 21 janvier 2022

En plus des courts métrages, Plein(s) Écran(s) propose aussi 3 projections commentées, dont une sur Instagram en direct avec Julianne Côté le 15 janvier et une grande discussion entre Maxime Giroux et Sara Mishara le 22 janvier, ainsi que le retour de sa série balado. Vous pouvez consulter la programmation sur le site Web du festival : pleinsecrans.com.

 

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments