Québec investit 7,5 M$ pour la motoneige

Par Nathalie Deraspe

Le gouvernement du Québec vient d’accorder près de 7,5 M$ pour l’établissement d’un sentier de motoneige de 9,8 kilomètres de long entre Saint-Faustin-Lac-Carré et Mont-Tremblant. Ce nouveau tronçon permettra de consolider le secteur récréo-touristique au nord de Sainte-Agathe.

 

Le tracé longera la route 117 et viendra se raccorder au parc linéaire Le P’tit train du Nord. Ce nouveau sentier permettra de rétablir la voie de contournement de 38 kilomètres dudit parc. Les travaux, qui comprennent des activités de terrassement et la construction de structures, devraient débuter au printemps prochain. 

 

C’est le ministre délégué aux Transports et responsable de la région de l’Outaouais, Norman McMillan qui en a fait l’annonce le 18 avril dernier à Saint-Faustin-Lac-Carré. La présidente de la Table de concertation des VHR des Laurentides et mairesse de Rivière-Rouge, Deborah Bélanger, et le député de Labelle, Sylvain Pagé, se sont réjouis de la nouvelle. «Ce lien rompu nuisait à l’économie touristique de la région, a soutenu le député. Pour Antoine-Labelle seulement, les retombées sont estimées à plus de 30 millions de dollars. Si on l’avait fait dès le départ, on aurait évité la poursuite (P’tit train du Nord) et les déchirements.» 

 

Sylvain Labelle dit qu’il faut cesser de déplacer le problème et s’attaquer dès maintenant à la pollution du bruit causé par les motoneiges et les quads. «C’est ce qui dérange les riverains, soutient-il. Je rêve du jour où on aura des motoneiges électriques. On pourra dire: Venez faire de la motoneige verte dans le paysage blanc du Québec.»

 

Des millions pour Labelle

Le ministre McMillan a profité de son passage dans la région pour confirmer des investissements routiers de près de 200 millions de dollars, dont la moitié serviront à établir une autoroute à quatre voies entre Rivière-Rouge et Labelle. L’ancien tronçon de la 117 sera vraisemblablement abandonné au profit de cette nouvelle route nationale. Il faudra toutefois patienter 7 ans avant le début des travaux. Ce délai s’explique par les différentes études et expropriations devant mener à bien le projet. Entretemps, le ministre a indiqué que des travaux seraient entrepris afin d’améliorer le tracé existant entre Lac-des-écorces et Mont-Laurier. «Cela correspond presque à 100% de ce que je demandais», a souligné le député de Labelle, Sylvain Pagé et président du caucus régional du parti québécois.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de