Recyclage : Nouveauté pour le verre récupéré

Par veroniquepiche
Recyclage : Nouveauté pour le verre récupéré

Une entente de 100 millions de dollars s’est conclue entre le centre de tri situé à Lachute et RV2 Technologies, une filiale de SiliCycle. Qu’est-ce que cela veut dire pour votre petit pot de confiture mis au recyclage ?

 

« Tricentris, c’est un centre de tri qui est vraiment à l’avant-garde », souligne Brigitte Voss, spécialiste en gestion des matières résiduelles à la MRC des Laurentides. L’an dernier, alors que les actualités présentaient en boucle des images de la crise du recyclage, Tricentris a su éviter le pire. Et le recyclage des Laurentides, tout comme celui des Pays-d’en-Haut, n’a jamais cessé son petit bonhomme de chemin jusqu’à l’usine de Lachute.

L’entente de 100 millions de dollars sur 20 ans implique que Tricentris vendra bientôt 30 000 tonnes de poudre de verre par année à son futur voisin de Lachute, RV2 Technologies. Cela représente le quart de l’ensemble du verre recyclé de la province.

« Il n’y a pas d’autre centre de tri au Québec qui a signé une entente à si long terme, et pour un produit aussi mal aimé que le verre », souligne l’ambassadeur du verre chez Tricentris, Grégory Pratte. Une façon de sécuriser un des nombreux débouchés d’avenir pour ce produit de recyclage.

La silice précipitée

Dans une vidéo diffusée sur le web, Hugo Saint-Laurent, président de SiliCycle et de RV2 Technologies, explique que le verre et la silice, c’est pareil. On peut maintenant transformer de la poudre de verre issue d’un centre de tri en silice précipitée. Pas besoin d’aller chercher de la silice dans un gisement, ce qui élimine tous les impacts environnementaux liés à cette activité.

Les applications industrielles de la silice précipitée sont nombreuses : pneus, peinture, revêtements, cosmétiques et même dentifrice. Des options intéressantes pour votre petit pot de confiture, non ?

Sur le marché, la silice précipitée vaut beaucoup plus que le verre en poudre. On parle d’un minimum de 1 300 à 1 600 $ la tonne.

La poudre de verre, elle ? Environ 200 $. Ainsi, ce procédé mis au point au Québec permet maintenant de transformer un déchet en un produit à très haute valeur économique. On parle de valorisation.

L’usine productrice de silice précipitée lèvera de terre en 2020, tout juste à côté du centre de tri de Lachute. Le verre micronisé – ou la poudre de verre – fait chez Tricentris n’aura pas à être acheminé sur un autre site. Ce positionnement a « quelque chose de magique », explique Gregory Pratte. Le parc industriel Synercité de Lachute, c’est une initiative basée sur de l’économie circulaire. Exactement ce que propose ce nouveau partenariat.

Le marché du verre micronisé
  • 2 tonnes de verre produisent 1 tonne de silice précipitée
  • Marché potentiel annuel : Canada : 22 000 T • États-Unis : 191 000 T
  • Utilise tous les types de verre (incolore, de couleur ou mixte)
  • Actuellement, il n’y a aucun fabricant de silice précipitée au Canada

Source : Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ)

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback

[…] Lire la suite @journalacces.com […]