Sainte-Anne-des-Lacs : « Campagne ou banlieue ? »

Par Luc Robert (initiative de journalisme local)
Sainte-Anne-des-Lacs : « Campagne ou banlieue ? »
(Photo : Archives)

Le fruit d’un travail de deux ans et demi a mené à la rédaction d’une potentielle politique environnementale à Sainte-Anne-des-Lac (SADL). Le document, déposé au conseil municipal le 9 novembre dernier, pourrait être modifié, avant une possible adoption.

Intitulé « Campagne ou banlieue ? », le manuscrit pave la voie à une vaste réflexion, qui déborde le cadre de l’environnement.

« Conformément au mandat reçu du Conseil municipal, le Comité sur la politique environnementale (CPE) a l’honneur de présenter son rapport et ses recommandations. Il est conjointement signé par les membres du Comité consultatif en Environnement (CCE), qui s’est joint au CPE lors des travaux de priorisation et de rédaction », a souligné Mme Ginette Grenier, membre du CCE.

Geler les permis ?

Le manuscrit sort des sentiers battus et du monde municipal traditionnel. « Nous avons été guidés par les meilleures pratiques de notre coin de pays, tout en notant un développement accru chez certains de nos voisins. Nous nous sommes résolument campés en faveur d’une pause à la croissance, le temps d’adopter les outils nécessaires pour préserver le caractère champêtre de SADL. (…) La nature à l’état pur (…) se doit d’être plus qu’un slogan. Nous nous opposons farouchement à ce que SADL devienne une autre banlieue. Nous croyons surtout que cette Politique environnementale doit s’inscrire dans une démarche d’ensemble de développement durable », a-t-elle poursuivi.

Le politicien Thomas Mulcair.

L’ancien ministre provincial de l’Environnement sous Jean Charest, M. Thomas Mulcair, membre du CPE, a abondé dans le même sens. « Sainte-Anne-des-Lacs et Wentworth-Nord sont les seules municipalités du coin qui possèdent encore l’étiquette de campagne. Les autres deviennent des banlieues. Piedmont est d’ailleurs en train de perdre son caractère de campagne », a estimé l’homme politique, devenu panéliste au réseau TVA.

Environnement sonore

La possible Politique environnementale pourrait devenir un outil pour guider le conseil municipal, les employés, les citoyens et les divers intervenants, dans la gérance de son développement et de ses activités.

« La (potentielle) politique propose des domaines d’interventions, des recommandations d’actions concrètes, ainsi que des activités de sensibilisation et de communication. À titre d’exemple, certaines actions visent l’environnement sonore. Nous souhaitons que SADL agisse rapidement pour restreindre le bruit des petits outils à moteur, du lundi au samedi, et l’interdire le dimanche et les jours fériés », est-il proposé.

Protection de l’eau

Le document se penche également sur tout ce qui entoure l’eau.

« Nos lacs sont au cœur de notre identité : les milieux humides conservent notre bio-diversité et l’eau souterraine nous fournit notre eau potable. Protéger la couverture forestière et restreindre les nouvelles surfaces imperméables est crucial, à cette fin. »

Présentation

Un plan quinquennal, inspiré des principes directeurs, pourrait être appliqué.

« Ce plan devra être réévalué périodique-ment. L’ensemble de ce que nous avons soumis tient compte de diverses consultations (…) ainsi que du document de travail sur les actions à mettre en œuvre. Nous espérons que l’ensemble des intervenants partageront notre sens d’urgence. »

Mme Grenier a par ailleurs estimé que le rapport a reçu un accueil mitigé des élus.

« Nous n’avons pas reçu d’engagement formel de la municipalité. C’est un peu paradoxal de constater qu’à la même séance du conseil, il a été question d’enlever un boisé, pour réunir deux chemins en cul-de-sac. »

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Guy J.J.P. Lafond
Guy J.J.P. Lafond
5 mois

Excellente réflexion. Merci Monsieur Robert!

S’il vous plaît et à nos administrations publiques au Canada, ne sous-estimons pas les bienfaits de nos campagnes, de nos forêts, de nos milieux humides pour notre qualité de vie dans les Laurentides.

En France, les forêts et la bio-diversité sont déjà en danger et ce en plusieurs endroits:

https://www.goodplanet.info/2020/11/26/le-cri-de-detresse-des-forets-francaises-confrontees-aux-crises-ecologiques/#comment-28440

À suivre,

Guy J.J.P. Lafond
Un aficionado du plein-air et de la nature partout sur cette fragile planète bleue.