Rentrée scolaire : Un plan «prudent» et «responsable»

Par Ève Ménard (journaliste de l'initiative locale)
Rentrée scolaire : Un plan «prudent»  et «responsable»

Le 11 août dernier, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a tenu une conférence de presse afin de dévoiler son plan en vue de la rentrée scolaire, qu’il a qualifié de « prudent » et de « responsable ». M.Roberge était notamment accompagné de la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest.

Les deux ministres ont tour à tour salué l’effort vaccinal. M.Roberge a présenté des chiffres encourageants chez les 12 à 17 ans : près de 83% ont reçu une première dose ou sont en voie d’en recevoir une, alors que 77% ont reçu leur deuxième dose ou ont pris un rendez-vous pour l’obtenir. Malgré un taux de vaccination élevé, le variant Delta inquiète le gouvernement à l’approche de la rentrée scolaire. Tour d’horizon des différentes annonces.

Port du masque

Le ministre de l’Éducation a annoncé que le port du masque sera obligatoire dans le transport scolaire ainsi que dans les aires communes. Cependant, il ne le sera pas en classe, à l’extérieur et au service de garde. Les bulles-classes ne seront pas de retour en septembre. Les jeunes pourront donc côtoyer leurs amis, même si ceux-ci ne se retrouvent pas dans la même classe qu’eux.

Parascolaire

L’absence de bulles-classes rend aussi possible le retour des activités parascolaires. « Je suis soulagée de pouvoir confirmer que les élèves pourront bénéficier dès la rentrée d’un milieu scolaire dynamique, vivant et sous le signe de la normalité », a affirmé d’entrée de jeu Isabelle Charest.

La ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest. Photo : Emilie Nadeau

Au primaire, tous les élèves pourront prendre part aux activités parascolaires à leur disposition. Au secondaire, le passeport vaccinal sera obligatoire pour participer à « certaines activités parascolaires jugées à haut risque. » La ministre déléguée à l’Éducation a précisé que les modalités exactes seraient dévoilées sous peu.

Qualité de l’air

Concernant la qualité de l’air dans les écoles, M. Roberge s’est voulu rassurant. Il a d’ailleurs appelé à « cesser les campagnes de peur. »

« Oui, il y a du travail à faire, mais nous l’avons fait et nous continuons de le faire », affirme-t-il. Ce dernier ajoute que des investissements ont été réalisés cet été pour améliorer les systèmes de ventilation, réparer les fenêtres désuètes ou encore pour installer des échangeurs d’air. Dès septembre, des lecteurs de CO2 seront aussi déployés dans les classes et les locaux.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. Photo : Emilie Nadeau

Réussite scolaire

En ce qui concerne la réussite scolaire, les résultats préliminaires sont rassurants. Selon le ministère de l’Éducation, le taux de réussite au bulletin de juin dernier serait similaire à celui de juin 2019. « Ce n’était pas l’hécatombe des échecs dans nos écoles », souligne M. Roberge. Ce dernier précise toutefois qu’il faut faire preuve de prudence dans les comparaisons. On se rappelle notamment que les épreuves ministérielles avaient été annulées l’année dernière et que l’enseignement s’était concentré sur les « savoirs essentiels ».

Le gouvernement a aussi annoncé un investissement de 13 millions de dollars pour créer « un filet scolaire » permettant de rejoindre les jeunes ayant choisi de décrocher, avec l’aide d’organismes et d’agents de liaison présents dans chaque centre de services.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments