Retour de la démocratie?

Par Andre Berard

Première séance du conseil des nouveaux élus de Sainte-Adèle

Lundi dernier se tenait la première séance ordinaire du nouveau conseil munipal de la Ville de Sainte-Adèle. Contrastant avec le style régimentaire auquel nous avait habitué la mairesse suppléante Marlène Houle, Claude Descoteaux et les conseillers ouvrent une nouvelle aire politique plus démocratique et plus près des citoyens.

Dans son allocution introductive, le maire Descoteaux a rappelé à l’assemblée que lui et les conseillers ne formaient ni un parti, ni une équipe, mais simplement un groupe d’élus aux services des citoyens. La séance s’est bien déroulée si ce n’est quelques petits accrocs mineurs et parfois amusants imputables à l’inexpérience de certains nouveaux élus. L’absence de Richard Blouin, directeur général de la Ville — qui a quitté pour quatre semaines de vacances au moment même où les nouveaux élus entraient à l’Hôtel de Ville — semble avoir retardé la nouvelle équipe dans son entreprise de diagnostic de la situation adéloise. Ainsi, la signature de plusieurs résolutions a été remise, notamment celle concernant l’annulation du contrat de la firme de communication de Dominic Cayer, Tapage communication, une firme associée à l’ancienne administration et à la campagne de Marlène Houle. Questionné sur ce point, le maire Descoteaux a promis de remettre la question à l’ordre du jour dès le retour du directeur général.

La signature de la résolution prévoyant une tranche de 27,500 $, qui sera versée à la chambre de commerce de Sainte-Adèle dans le cadre de son financement, a donné lieux à un échange musclé entre le nouveau conseiller du district numéro 2, Jean-Pierre Pariseau et le conseiller Lamarche. Jean-Pierre Parizeau a en effet voté contre cette résolution et a tenu à exprimer son total désaccord concernant le financement de la Chambre de commerce alors que le conseiller Lamarche a pour sa part tenu à défendre la décision politique prise par l’ancienne administration. Durant l’échange, M. Pariseau a invité André Lamarche à «rester poli». La résolution a été adoptée à la majorité par les autres membres du conseil.

Durant la période des questions, plusieurs citoyens sont revenus à la charge avec la hausse

record de la taxe foncière imposée à la population adéloise par l’ancienne administration. Un citoyen a insisté auprès du nouveau maire pour connaître les raisons qui peuvent expliquer une hausse qui avoisine les 20 % :«sans entrer dans les détails et même après seulement quelques semaines, vous devez déjà avoir une idée de la raison qui explique une telle hausse», a-t-il lancé. Le maire Descoteaux, qui a fait de cette hausse de taxes historique le cheval de bataille de sa campagne, dit ne pas avoir terminé son analyse dont la conclusion serait retardée en partie en raison de l’absence du directeur général. Il promet toutefois des réponses dès le retour de Richard Blouin. Le conseiller Lamarche qui a lui-même travaillé sur le dernier budget a tenté de le défendre en expliquant la hausse par le fait que lors des derniers exercices, le compte de taxes n’a pas suivi l’augmentation des coûts, suggérant par là même qu’il s’agit d’un rattrapage. Commentaire qui a poussé le citoyen au microphone à conclure:«Vous me dites donc, à mots couverts, qu’il y a eu mauvaise gestion.»

Les explications du conseiller Lamarche n’ont de toute évidence pas ému la nouvelle conseillère du district numéro 6, Nicole Durand, dont l’intervention a déclenché des applaudissements:« Je reçois bien les explications de M. Lamarche. Néanmoins, la suspicion que nous éprouvions durant la campagne quant à la justification d’une telle augmentation est toujours présente. On nous a jusqu’à maintenant fourni certaines explications qui malheureusement ne nous permettent pas de conclure que cette augmentation a du sens. Malgré toutes les clarifications de M. Lamarche ce soir, je n’adhère pas entièrement à ses explications. Le conseil n’a pas terminé ses exercices d’analyse. Je pense qu’en temps opportun, M. Descoteaux devra faire une sortie publique.»

Autre sujet délicat qui fut abordé lors de la période des questions: les dossiers litigieux opposants la Ville et Marc Lupien. Fait cocasse: le conseiller Lamarche qui semblait lancé dans une tirade contre le citoyen Marc Lupien s’est fait subtilement remettre à l’ordre à la suite d’une série d’œillades échangée entre le greffier et la conseillère Durand, qui s’est terminée par une petite tape sous la table.

Le sang neuf aura manifestement un effet positif sur les processus démocratiques à l’Hôtel de Ville. L’opposition du conseiller Pariseau et la sortie de Nicole Durand laissent croire qu’une place importance sera accordée au débat et au choc des idées. Le nouveau conseil vient de livrer sa première manche devant une assemblée conciliante qui lui accorde une période de rodage raisonnable. Les véritables questions de fond viendront après et porteront entre autres sur le dossier du gouffre financier qu’est la Rolland et sa mauvaise gestion et celui du projet de revitalisation du centre-ville, pour ne nommer que ceux-là. Les citoyens adélois sont pour l’instant satisfaits de leur choix. Comme le soulignait l’un d’eux:«Je souhaite que les Adélois ne retourneront pas dans leur paresse politique. Une Ville, ça se construit d’abord avec et pour les citoyens.» La nouvelle administration semble être parvenue pour le moment à dissiper le nuage de morosité qui écrasait la Ville depuis plusieurs années.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de