Rona H. Dagenais & fils : Prioriser la qualité avant la quantité

Par Marie-Catherine Goudreau
Rona H. Dagenais & fils : Prioriser la qualité avant la quantité
Les clients attendent en file pour entrer dans le magasin de Saint-Sauveur. (Photo : Courtoisie)

Annie Dagenais fait partie de la famille propriétaire du Rona H. Dagenais & fils, situé à Saint-Sauveur et Sainte-Anne-des-Lacs. Elle nous confie que c’est une période très exigeante depuis le début de la pandémie, mais croit que le travail d’équipe et la solidarité les aident à surmonter cette épreuve.

Fermeture le dimanche

Ils ont dernièrement pris la décision de rester fermés les dimanches pour laisser le temps aux employés de se reposer, mais également pour être à jour dans les commandes, l’inventaire et le ménage. Depuis le début de la pandémie, Annie Dagenais et son conjoint, Philippe Beauséjour, travaillent 6 jours par semaine, malgré leur centaine d’employés. « Nous avons 3 priorités : la santé de nos employés, la santé de notre clientèle et la qualité du service à la clientèle. Le défi est de maintenir toujours ces 3 priorités dans nos têtes », déclare-t-elle.

« Tout prend plus de temps »

Philippe qui est directeur des opérations, explique qu’ils préfèrent prioriser la qualité de leur service, plutôt que la quantité : « On aimerait élargir les heures d’ouverture, mais pour l’instant c’est impossible, on ne voit pas comment on pourrait les augmenter tout en gardant le même service. » En effet, selon eux, tout prend plus de temps et plus de personnel qu’à l’habitude. Un exemple : normalement, une seule personne est requise pour prendre les appels, aujourd’hui il faut jusqu’à 4 personnes pour répondre au téléphone. À tous les jours, ils ont besoin de quelqu’un pour accueillir les clients, pour vérifier que les gens se lavent les mains, pour gérer les commandes en ligne et les retours, tout en gardant en tête qu’ils doivent donner le meilleur service à la clientèle. « On ne veut pas qu’une personne qui arrive le vendredi soir n’ait pas le même accueil et le même éthique sanitaire qu’une personne qui vient durant la journée », déplore Annie Dagenais.

Recrutement difficile

Le manque d’employés varie selon les secteurs, certains peinent à donner du travail à leurs employés alors que d’autres ont de la difficulté à en trouver. Pour l’entreprise, la recherche d’employés n’est pas évidente actuellement et la copropriétaire affirme qu’elle « n’a jamais reçu aussi peu de CV de toute sa vie », alors qu’elle s’occupe de l’embauche depuis 26 ans. Enfin, puisque la plupart des adultes ont accès à la Prestation canadienne d’urgence, Rona Dagenais reçoit davantage les candidatures de jeunes de 15 ans. Le défi est donc de trouver des personnes qui seront engagées à temps complet et qui y resteront longtemps.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments