Ruée vers les Laurentides

par Françoise Le Guen
Ruée vers les Laurentides
Les Laurentides attirent les familles avec enfants.

Palmarès des villes

Le magazine L’Actualité vient de publier son palmarès des villes québécoises de plus de 10 000 habitants où il fait bon vivre. Parmi les 103 villes du Québec plusieurs, situées dans notre secteur, font partie des meilleurs endroits où s’établir au Québec. Notamment Saint-Sauveur (24e) Sainte-Adèle (40e) et Sainte-Agathe-des-Monts (67e).

 

«Le classement favorable de Sainte-Adèle reflète le boum remarquable observé au cours des dernières années. Sainte-Adèle attire de plus en plus de jeunes familles et de retraités actifs qui apprécient la proximité de la nature, l’abondance des services et des commodités ainsi que la qualité de vie, en plus de bénéficier d’un accès à la propriété diversifié et avantageux. Cet engouement pour Sainte-Adèle est palpable et il contribue de façon significative à la croissance démographique et à la vitalité économique de la Ville», commente la mairesse de Sainte-Adèle Nadine Brière.

Selon elle la ville de Sainte-Adèle n’a jamais eu autant d’investissements dans les infrastructures et dans les services aux citoyens. Pour attirer de nouveaux résidents, des investisseurs et pour pouvoir conserver une qualité de vie exceptionnelle, le conseil de ville est à l’écoute. La municipalité est effervescente et démographiquement, en pleine expansion.

«La Ville de Saint-Sauveur est très heureuse de sa 24e position au palmarès 2019 des villes où il fait bon vivre, publié par la revue L’Actualité. En plus d’offrir un cadre enchanteur et dynamique, nous retrouvons à Saint-Sauveur une offre de services diversifiée, plusieurs commodités, ainsi qu’un taux de taxation parmi les plus bas au Québec. La qualité de vie et le sentiment de sécurité de nos concitoyens contribuent à faire de notre ville un endroit prisé, où il fait bon vivre», a commenté de son côté le maire de Saint-Sauveur, monsieur Jacques Gariépy.

Notez que ce palmarès des villes québécoises où il fait bon vivre, qui tire ses données du classement national réalisé par le magazine Maclean’s, constitue un outil de réflexion pour les citoyens, puisqu’il mesure la performance d’une centaine de municipalités dans neuf secteurs, dont la croissance démographique, la vitalité économique et l’accès à la propriété.

 

Analyse

Selon une analyse de l’Institut de la statistique du Québec, Montréal a perdu 24 000 résidants l’an dernier, surtout des familles avec enfants, principalement au profit des Laurentides, qui récoltent la palme des migrations interrégionales dans la province, avec la Montérégie.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de