Saint-Sau Pub Gourmand : Saint-Sauveur adopte le projet d’agrandissement

Par Production Accès
Saint-Sau Pub Gourmand : Saint-Sauveur adopte le projet d’agrandissement
Le Saint-Sau Pub Gourmand (Photo : Antoine Gascon)

Françoise Le Guen – La résolution d’autorisation pour le projet d’agrandissement du Saint-Sau Pub Gourmand a été adoptée à la majorité par le conseil municipal lors de la séance extraordinaire du lundi 4 février, devant une salle quasi comble. Seul le conseiller Normand Leroux, qui avait demandé le vote, s’est prononcé contre.

 

« J’ai poussé un soupir de soulagement. Je n’ai jamais aussi bien dormi! Et il y avait beaucoup de paix lors de la réunion contrairement aux deux séances précédentes », confie Hugues Néron, le promoteur et propriétaire du Saint-Sau Pub Gourmand qui travaille sur ce projet d’agrandissement depuis deux ans. Ce dernier partage sa fierté de participer à la vitalité de Saint-Sauveur et la Vallée et mentionne que les travaux commenceront le 1er avril et se termineront le 1er juin. Le Saint-Sau Pub ne fermera que 4 ou 5 jours.

Par ailleurs Jacques Gariépy, le maire de Saint-Sauveur souligne que « la réunion s’est très bien passée, dans le respect mutuel. J’ai donné l’occasion à tous de s’exprimer (par une période de questions beaucoup plus longue que d’habitude) pour donner son opinion. J’ai parlé à tous les gens présents et ils étaient satisfaits. Après, c’est une question de goût et non pas de droit. Concernant le Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) tout est respecté. Je suis heureux aussi que la communauté des propriétaires de commerces ait donné leur appui à Monsieur Néron ».

Selon le maire, Saint-Sauveur sort grandi de cet exercice démocratique.

Michel Lagacé pense déposer une plainte

À l’extérieur du pays le 4 février, Michel Lagacé, l’ex-maire de Saint-Sauveur, compte bien dès son retour rencontrer les opposants au projet. « On va discuter ensemble de la suite, mais il y a de grosses chances que l’on dépose une plainte à la Commission municipale du Québec comme quoi le conseil municipal et le Comité consultatif d’urbanisme (CCU) n’ont pas respecté leurs propres critères en approuvant ce projet-là ». Selon lui, le projet ne rencontre pas les critères du patrimoine et du Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) où il est indiqué notamment que les bâtiments doivent s’intégrer harmonieusement à l’environnement bâti où il est situé.

« Dans le règlement municipal de Saint-Sauveur contenu dans le PIIA, qui a été passé en 2008, il est inscrit qu’Il faut garder le style champêtre, avec des matériaux nobles comme du bois et de la pierre », martèle Michel Lagacé.

Spot zoning

L’ex-maire rappelle qu’en 1989 Saint-Sauveur était la première ville au Québec à décréter un site du patrimoine. « Depuis cette époque, on a protégé le centre du village. »

Ce dernier soutient par ailleurs que la ville s’est servie d’un nouveau règlement qui permet de faire du spot zoning. « C’est légal, sauf que dans ce règlement-là, il y a deux critères, le projet ne peut pas être dans une zone inondable et il doit respecter les orientations du plan d’urbanisme. Nulle part dans ce plan il n’est marqué que si c’est contemporain en plein centre du village c’est acceptable ou accepté ». Michel Lagacé déplore également que le conseil municipal n’ait pas fait de sondage.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Alain Daviault Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Alain Daviault
Invité
Alain Daviault

Un projet qui suscite bon nombre de réactions chez les citoyens résidents de Saint-Sauveur. Tout les monde sait que plus de 75% des commerçants ne sont pas propriétaires des bâtiments et ne résident pas à Saint-Sauveur. Appui inconditionnel de qui et qu’ont -ils à dire ! Pour ce qui est du PIIA , une bible servant de référence et interprété à tour de rôle par les élus. Pour ma part, la loupe devrais être mise sur le processus et aussi sur les compétences de l’urbanisme et membres du CCU, dont le mandat est passé de 4ans à 2ans sous le… Lire plus »