Sainte-Adèle : Cafouillage au conseil municipal

Par Production Accès
Sainte-Adèle : Cafouillage au conseil municipal

Affaires municipales

Dyane Bouthillette

Plusieurs prises de bec entre des membres du conseil municipal de Sainte-Adèle et des citoyens ont provoqué tout un cafouillage, lors de l’assemblée du 18 mars. La Sûreté du Québec a été appelée en renfort pendant la soirée afin de calmer les esprits.

 

Les questions concernant le niveau d’endettement de la municipalité, le droit de parole et la démocratie comptaient parmi les principales sources d’inquiétudes et de frustrations chez plusieurs citoyens.

Les nombreuses interventions du conseiller Pierre Lafond et les vives exclamations des gens dans la salle ont provoqué de l’impatience chez la mairesse, Nadine Brière.

Les altercations et les insultes jetant de l’huile sur le feu, la grogne s’est faite entendre encore plus fort. La mairesse Brière a alors quitté la salle pour un huis clos avec ses conseillers, à l’exception de Pierre Lafond.

« Nous allons reprendre la séance dans le respect. Au moindre écart, nous allons appliquer notre règlement. La Sûreté du Québec est présente. Si nous devons expulser des gens, nous allons le faire, a prévenu la mairesse à son retour. Nous vous demandons d’être respectueux. Nous essayerons de l’être envers vous », a-t-elle déclaré avant de reprendre les points à l’ordre du jour.

L’endettement

Un résident ayant soumis 14 questions en lien avec la dette et l’état des finances de la municipalité, la mairesse, Nadine Brière, a affirmé l’intention du conseil de faire une présentation afin d’informer la population. « Vous aurez les réponses à vos questions à ce moment-là », a répliqué Mme Brière au citoyen qui exigeait des précisions.

S’adressant aux gens dans la salle, le conseiller Pierre Lafond a déclaré que l’heure était extrêmement grave au point de vue de l’administration et des finances de la Ville de Sainte-Adèle. Il a entre autres affirmé que la dette s’élevait à 50M$ et qu’actuellement les citoyens payent jusqu’à 2 000$ trop cher pour les taxes. « On ne peut poursuivre avec cet endettement continuel et très inquiétant. Nous n’avons d’autres choix, dans un avenir rapproché, comme citoyens, de demander à la ministre de faire une enquête à Sainte-Adèle et de mettre notre ville sous tutelle », a-t-il conclu.

« Je pense que les propos de M. Lafond sont extrêmement alarmistes, de répliquer la conseillère Céline Doré. Et comme Mme la mairesse vous l’a indiqué, en mai, on pourra vous faire une démonstration du travail assidu que l’on a effectué au niveau de la dette de la ville. »

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
YvanAlain DaviaultRichard Allard Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Richard Allard
Invité
Richard Allard

Dans toute chose, il y a le fond et la forme. Qu’on veuille débatre du fond (l’endettement) est tout à fait légitime. On doit savoir aussi que les opinions peuvent s’opposer mais qu’en tout temps, le respect doit primer dans la forme (commentaires, attaques personnelles, harcèlement et violation des règles de conduites des assemblées publiques).
Les élus ont le courage de s’impliquer et mérite le respect qu’on voit trop peu souvent par les temps qui courent
Triste situation

Alain Daviault
Invité
Alain Daviault

Le respect ne se gagne pas par une telle décision. Un manque flagrant de prise de conscience en rapport avec une cohorte de la population de plus en plus fragile et inquiète de leur sort.

Yvan
Invité
Yvan

Comme le dirait Justin Trudeau : l’endettement..y’a rien la !