Sainte-Agathe-des-Monts

Par Eric-Olivier Dallard

Le CSSS cité en exemple par Castonguay

«Le gouvernement devrait s’inspirer de l’expérience réalisée au centre de santé et de services sociaux des Sommets.» – Rapport du groupe de travail sur le financement de la santé rendu public cette semaine

Le groupe de travail présidé par Claude Castonguay est convaincu que le gouvernement devrait s’inspirer de l’expérience réa­lisée au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) des Sommets. «Une voie est ouverte, visant à rendre notre système de santé plus innovateur et plus productif pour le plus grand bien des Québécois. Cette voie doit être exploitée», indique notamment le rapport intitulé «En avoir pour notre argent» qui cite comme exemple à suivre le CSSS des Som­mets. L’établissement situé dans la région des Laurentides est soutenu depuis deux ans par la Fondation de Gaspé Beaubien dans la mise en place d’une organisation du travail dynamique. Cette fondation privée s’implique non pas en finançant des infrastructures mais en ciblant plus spécifiquement des actions susceptibles d’améliorer le fonctionnement de l’établissement au quotidien. «Ce partenariat nous donne notamment l’opportunité, comme établissement public, de bénéficier de l’expertise en gestion de nos partenaires du secteur privé et de l’aide d’experts des milieux académique et professionnel», indique le directeur général du CSSS des Sommets, Yves Lachapelle.

Une formule de
«répondant social»

En contexte normal de gestion, la direction doit répondre aux exigences du ministère de la Santé et des Services sociaux et de l’Agence et rendre des comptes à son conseil d’admi­nis­tration. «L’implication d’un répondant social comme la fondation ne rend pas caduque la reddition de compte déjà prévue par le système, mais la formule d’échange continue avec un interlocuteur intéressé provoque un dialogue soutenu entre tous les intervenants de notre établissement, ce qui crée une sorte d’engagement moral à atteindre des résultats que l’on a soi-même indiqué comme important», ajoute M. Lachapelle.

Axes d’action

Les axes d’action qui ont fait l’objet de consensus sont la mobilisation du personnel, la responsabilisation des cadres, l’implication des médecins et l’amélioration de la qualité des soins et des services. La mise en place de «groupes de discussion» pour mobiliser le personnel autour d’objectifs communs, l’instauration de programmes de codéveloppement pour les cadres et le développement d’une formule de cogestion avec les mé­decins, en collaboration avec l’École des hau­tes études commerciales, le recours à la visioconférence pour favoriser la formation médicale et professionnelle continue, l’implantation de mécanismes de communication et l’amé­lioration de la qualité de vie d’un groupe de hauts consommateurs de soins et de services sont quelques exemples d’actions instituées qui découlent directement de ce partenariat public-privé unique en son genre. «Nous devons, comme administration, faire preuve de confiance et d’ouverture d’esprit et ce réseautage avec des personnes issues du milieu des affaires s’avère jusqu’ici profitable pour nous», conclut Yves Lachapelle. À terme, les partenaires aspirent à exporter les apprentissages de cette expérience à d’autres éta­blissements du réseau. Le rapport Castonguay recommande d’ailleurs que le gouvernement octroie un budget dédié à tout établissement qui présente un programme de renouveau de l’organisation du travail comme celui du CSSS des Sommets.

Le CSSS des Sommets regroupe trois CLSC, trois centres d’hébergement un hôpital et offre ses services à partir des municipalités de Sainte-Agathe-des-Monts, Mont-Tremblant et Labelle. L’établissement dispose de 104 lits de courte durée et de 219 lits de longue durée décentralisés sur le territoire de la MRC des Laurentides et compte sur l’engagement de plus de 1 200 employés, bénévoles et mé­decins. Plus de détails au www.csss-sommets.com.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de