Samuel Aquin a pris la bonne décision

Photo de Michel Bureau
Par Michel Bureau
Samuel Aquin a pris la bonne décision

Les Panthères de Saint-Jérôme

Samuel Aquin était déçu de quitter les Cataractes de Shawinigan comme joueur de vingt ans, mais se dit très heureux aujourd’hui  avec les Panthères de Saint-Jérôme. Joueur invité au camp du Junior de Montréal, il a par la suite déménagé avec l’équipe à Boisbriand. Chez l’Armada, il considère qu’il n’a pas eu une véritable chance de se faire valoir. Il a été échangé aux Cataractes de Shawinigan. L’équipe était en reconstruction, et l’entraîneur Denis Chalifoux lui a donné l’opportunité de s’épanouir, l’utilisant notamment sur les unités spéciales. Il conserve un excellent souvenir de son séjour là-bas.  À Shawinigan, les joueurs des Cataractes sont des vedettes. À Saint-Jérôme, il n’y a pas autant de visibilité, mais en revanche beaucoup de temps de glace.

 

Joueur de quatrième ligne dans le junior majeur, Aquin savait qu’il allait connaître du succès chez les Panthères dans le junior AAA. Il y a bien sûr beaucoup de talent au sein des Panthères, mais selon Aquin c’est l’esprit d’équipe qui fait foi de tout. «Chez les Panthères les joueurs sont tous considérés sur un pied d’égalité», avance le jeune joueur. Bill Hattem, propriétaire et directeur-général de l’équipe a aussi été un bon vendeur pour le convaincre de venir à Saint-Jérôme. «Notre directeur-général a beaucoup de contact en Europe. Je n’écarte pas la possibilité de jouer en France l’an prochain», ajoute Aquin.

 

Samuel Aquin s’est intégré rapidement dans la famille des Panthères, se liant d’amitié notamment avec le capitaine Nicolas Dionne. «Nous avons eu le même parcours, raconte Aquin. Nous sommes deux joueurs quasiment de même gabarit, et avec la même vision de jeu». Son joueur favori dans la ligue nationale est Sydney Crosby, mais son style de jeu s’apparente plus à celui de Tyler Ennis des Sabres de Buffalo.

 

Samuel Aquin songe déjà à son après carrière, puisqu’il ambitionne devenir électricien lorsque l’heure de la retraite aura sonné.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de