Retour du travail de rue sur le territoire de Mont-Tremblant

Photo de Sandra Mathieu
Par Sandra Mathieu
Retour du travail de rue sur le territoire de Mont-Tremblant
Émilie Rouleau, directrice générale de L’Écluse des Laurentides, organisme présent sur le territoire de Mont-Tremblant depuis 1998.

L’Écluse des Laurentides

Grâce à une mobilisation soutenue de la communauté, onze partenaires s’unissent pour le retour du travail de rue sur le territoire de Mont-Tremblant.

« Les besoins sont réels, souligne Émilie Rouleau, directrice générale de l’organisme en travail de rue L’Écluse des Laurentides. En trois ans et demi, 300 personnes ont été aidées pour un total de 1600 interventions. Nous sommes conscients que ce financement couvre une période d’un an et notre défi est de maintenir les services en place et de tout faire pour que les partenaires y croient, et que la communauté continue de s’impliquer. »

La petite histoire d’une mobilisation citoyenne

La précarité du financement a occasionné des interruptions de services au fil des ans. En 2015, l’organisme a eu de nouveau à considérer l’abolition de la ressource en travail de rue à Mont-Tremblant. En réaction à cette éventualité, des citoyens se sont mobilisés afin de signifier aux autorités locales qu’il était important de maintenir cette ressource de proximité. En décembre, cette dernière a toutefois été interrompue. C’est alors que le député de Labelle, Sylvain Pagé, a pris le bâton du pèlerin afin de concerter des acteurs locaux et régionaux.
Ses efforts ont porté des fruits auprès de cinq municipalités et certains autres partenaires permettant ainsi de compléter le montage financier et de reconduire le travail de rue. Mont-Tremblant, Saint-Faustin-Lac-Carré, Labelle, Lac-Supérieur et Brébeuf emboîtent ainsi donc le pas, tout comme Saint-Agathe-des-Monts qui finance le travail de rue depuis 2004 sur le territoire de la MRC des Laurentides.
Malgré l’image prospère qu’évoque la région de Mont-Tremblant, les besoins s’y présentent souvent de façon plus subtile qu’ailleurs dans les Laurentides. L’Écluse des Laurentides souhaite mieux sensibiliser les citoyens et les acteurs régionaux aux réalités du territoire. « Nous voulons éloigner la fausse croissance voulant que le travail de rue se limite aux interventions auprès des itinérants, l’itinérance étant un phénomène plutôt rare ici », fait valoir Mme Rouleau.
Les observations des trois dernières années démontrent qu’un bon nombre de citoyens vivent sous le seuil de la pauvreté, et ce, autant chez les jeunes que chez les adultes. L’aide au niveau du dépannage alimentaire, la recherche de logement et de travail sont en tête de liste des interventions effectuées.
Le processus d’embauche suivra son cours dans les prochaines semaines pour une entrée en poste vers la mi-juin, a précisé Mme Rouleau.
« L’ancienne travailleuse de rue de Mont-Tremblant, Mélanie Bloduc, qui couvre maintenant le territoire de Sainte-Agathe, participera à l’intégration de la personne choisie », spécifie la directrice générale de l’organisme.
L’Écluse souffle ses 25 chandelles
L’Écluse des Laurentides, qui souligne son 25e anniversaire cette année, a comme mission d’offrir un service de travail de rue aux personnes ayant des problèmes affectant leur qualité de vie (exclusion sociale, marginalisation, jeu pathologique, pauvreté, détresse, toxicomanie, décrochage) en visant l’amélioration de leur mieux-être.
Rejoindre ces personnes en rupture avec les ressources traditionnelles et les aider à reprendre contact avec leur communauté et les organismes fournissant les services appropriés sont l’un de ses mandats.

Retour dans la rue

Le travail de rue pourra revoir le jour également grâce à la contribution de ces partenaires : le CISSS des Laurentides, la MRC des Laurentides (FDT), la Caisse Desjardins de Mont-Tremblant, Josée Legault de Via Capitale Innovation, le Casino de Mont-Tremblant et de Centraide Gatineau-Labelle-Hautes Laurentides.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de