La kinésiologie: un guide du corps… et du cerveau

La kinésiologie: un guide du corps… et du cerveau
Martine Laval
Santé la vie

Les kinésiologues sont des professionnels de la santé spécialisés en activité physique.

On peut les consulter dans un cabinet professionnel, mais également dans les centres d’entraînement sportif. Dans l’un comme dans l’autre, la consultation et le programme qui en découlent sont adaptés en fonction des besoins et des capacités physiques de la personne qui désire retrouver sa santé physique ou personnaliser son programme d’entraînement.

En cabinet, la kinésiologie met le corps en mouvement pour l’aider à retrouver tonicité et santé chez les gens atteints de sédentarité pour diverses raisons – douleur chronique, maladie, crise cardiaque, diabète de type 2 – ou qui  désirent perdre du poids. Bien que travaillant avec le corps, les kinésiologues ne font pas de manipulations. Ils utilisent plutôt le mouvement à des fins de traitement, de prévention ou de performance.

Kinésiologie, physiothérapie et chiropractie travaillent toutefois en synergie en cas de douleur ou d’adaptation particulière.

Les kinésiologues sont en général présents dans les centres de conditionnement physique où  ils permettent un entraînement sécuritaire adapté en fonction des capacités de la personne, ainsi qu’en fonction de sa progression. Une évaluation de la posture et des capacités physiques sont primordiales pour amener le corps à son meilleur, le but étant dans la plupart des cas de retrouver la santé, d’éviter les troubles dus à la sédentarité, et d’en venir à adopter de meilleures habitudes de vie.

L’assiduité

Combien de gens débutent un entrainement et abandonnent en cours de route. «La subtilité dans le désir de retrouver la forme est d’abord et avant tout de trouver l’agent de motivation qui va faire que la personne va persévérer, m’explique Krystel Bourassa, kinésiologue chez ForméSanté à Saint-Sauveur. Pas d’assiduité, pas de résultat! L’important par contre, c’est de bouger dans ce qu’on aime» insistera-t-elle. 

Alors que je lui demande quel type de clientèle fréquente son bureau et pour quelles raisons, la jeune kinésiologue qui me paraît très dynamique, définira sa clientèle comme suit: «Les plus jeunes consultent surtout pour l’apparence physique et la perte de poids. Les personnes de 45 ans et plus recherchent la santé physique… et mentale» dernier mot sur lequel je ne peux m’empêcher dedemander un éclaircissement.

Lors de ses études universitaires, Krystel Bourassa s’est prise de passion pour l’aspect neuroscientifique du développement physique, c’est-à-dire cerveau-corps. Alors qu’elle prend conscience de la détérioration de la santé cérébrale avec l’âge – perte de mémoire, du temps de réaction, maladie d’Alzheimer -, et des statistiques impressionnantes qui accompagnent la situation au cœur d’une population vieillissante, elle a entrepris de mettre l’accent sur la première intervention qui est de rester actif physiquement pour le demeurer mentalement. Elle en a fait son expertise dans l’application de sa profession, ce qui la différencie de ses semblables qui pour la plupart se concentrent sur le corps et ses mouvements.

Santé Mentale et activité physique

«L’activité physique est une alliée primaire de la santé mentale, lis-je sur le site de ForméSanté. Être physiquement actif a des effets importants sur plusieurs aspects mentaux. L’activité physique permet de gérer les émotions, maîtriser la colère, diminuer le stress, réduire l’anxiété, augmenter le sentiment de bien-être en ayant un impact positif sur le centre des humeurs. Ceci fait de l’exercice un excellent traitement contre la dépression.

Selon le Dr. Jack Raglin de l’université d’Indiana: « Lorsqu’on compare l’activité physique aux autres formes de traitements largement acceptés comme les anti- dépresseurs, les conseils individualisés ou la psychothérapie, on constate que l’activité physique est tout aussi efficace.»

En regard de ces conclusions, l’exercice physique est donc un allié thérapeutique de première ligne dans le traitement de la santé mentale. Une seule séance d’exercice physique augmenterait les capacités d’attention, le temps de réaction, et la capacité de rétention de l’information. Il s’avère donc un complice indubitable des performances cognitives.

 

Suggestion de lecture de la Librairie Quintessence

KILO CARDIO 3

Dans ce troisième Kilo Cardio, Isabelle Huot a concocté des recettes simples et huit semaines complètes de menus savoureux. Josée Lavigueur vous offre une nouvelle façon de compléter votre remise en forme à la maison, grâce à un DVD exclusif comprenant plusieurs cours offerts chez Énergie Cardio. Guy Bourgeois a rassemblé des incontournables pour vous aider à vous défaire de vos vilaines habitudes. Grâce à Kilo Cardio 3, dites adieu à votre poids en trop et découvrez le plaisir de profiter de la vie à 100 %

 

Coup de coeur

D’après les dires de la kinésiologue Krystel Bourassa, à force de faire toujours les mêmes exercices cérébraux (Sudoku, mots croisés, etc.) le cerveau ne s’exerce plus autant, pas plus que le corps qui fait le même circuit de marche quotidienne, au même rythme. Ce dont le corps et le cerveau ont besoin pour garder la forme, c’est le challenge, le p’tit stress de la variation, sinon ils n’en retirent plus de bénéfices. Exerçons donc corps et cerveau dans la diversité. Ils n’en seront que plus stimulés!

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Santé la vie

X