Un sentier patrimonial menacé par la ligne Grand-Brûlé

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne
Un sentier patrimonial menacé par la ligne Grand-Brûlé

Joyau du récréotourisme laurentien

Pour les amateurs de plein air, le sentier La Canadienne, qui relie Saint-Adolphe-d’Howard et Sainte-Agathe-des-Monts, est un joyau récréotouristique. Or, l’intégrité de ce sentier classé patrimonial est menacée.

Tracé par le célèbre Jack Rabbit et ses associés, le sentier La Canadienne a une grande valeur au plan patrimonial et touristique. Il fait partie des sentiers patrimoniaux des Laurentides, aux côtés des sentiers P’tit Train du Nord, Mont-Tremblant Ridge et Far Hills, entre autres.
Selon les documents d’Hydro-Québec, l’emprise de la ligne Grand-Brûlé/ Dérivation Saint-Sauveur traversera le sentier La Canadienne entre les pylônes 83 à 84, ce qui créera une trouée déboisée sur au moins 38 mètres de largeur. La Municipalité de Saint-Adolphe-d’Howard s’oppose à cette trouée qui peut être évitée par l’enfouissement partiel sur 10 km de la ligne à haute tension.

Combien vaut la beauté de nos paysages?

La Municipalité considère que l’emprise dénudée apparaîtra comme « une brèche peu esthétique et malvenue » dans ce sentier de 16 km prisé pour la beauté de ses paysages et la diversité des milieux qu’il traverse. S’opposant au déboisement sur ce lot qui lui appartient, la Municipalité a récemment rappelé à ses vis-à-vis d’Hydro-Québec, « qu’elle n’avait émis aucune autorisation de déboisement ni droit de passage pour le lot sillonné par le sentier La Canadienne ».
La Municipalité maintient que cette position est d’autant plus logique que le tracé d’enfouissement partiel sur 10 km proposé – mais toujours refusé par Hydro-Québec, permet d’éviter l’atteinte au sentier La Canadienne, de même qu’à un vaste secteur à fort potentiel récréotouristique de Saint-Adolphe. Hydro-Québec soutient pour sa part que l’enfouissement partiel ferait grimper les coûts du projet de 100 M$ à 160 M$ et, surtout, qu’il créerait un précédent.
« Le sentier de La Canadienne est un élément du patrimoine récréotouristique des Laurentides que l’on se doit de préserver, fait valoir le directeur général de Saint-Adolphe-d’Howard, Mathieu Dessureault. Il s’agit d’un lieu unique, recherché par la clientèle plein air. La Municipalité entend maintenir sa position, d’autant plus que nous avons communiqué à Hydro-Québec une alternative pour maintenir l’intégrité de ce sentier. »
Rappelons que la Municipalité de Saint-Adolphe et le comité aviseur, ainsi qu’une trentaine de personnalités québécoises de différents milieux, interpellaient à cet effet le premier ministre Couillard dans une lettre publiée le 17 février dans le journal Le Devoir.

Politique de Protection et d’accès aux sentiers

Le préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, André Genest, soutient la Municipalité et rappelle que cette brèche dans un sentier patrimonial va à l’encontre de la Charte des paysages et de la Politique de Protection et d’accès aux sentiers récemment adoptée par la MRC. Cette politique découle de la vision stratégique adoptée par la MRC en 2012 qui souligne que le cadre de vie de qualité s’inscrit dans un « environnement protégé, constitué de lacs, de rivières, de forêts et de montagnes ». « L’enfouissement de ligne était correct en Estrie. Pourquoi ne le serait-il pas ici? », s’interroge M. Genest.
La préservation du sentier La Canadienne s’inscrit également en cohérence avec la vocation récréotouristique de Saint-Adolphe, un lieu voué au plein air et à la villégiature.
Pour en savoir plus, on peut lire l’Étude sur l’enfouissement partiel au :
http://www.stadolphedhoward.qc.ca/preserver-le-sentier-de-la-canadienne/
(Avec la collaboration de Sandra Mathieu)

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments