Séraphin et le curé Labelle veulent sauver les archives

Par France Poirier
Séraphin et le curé Labelle veulent sauver les archives

Société d’histoire de la Rivière-du-Nord

L’auteur de la série télévisée Les Pays d’en Haut, Gilles Desjardins, a été interpellé par le récent cri du cœur de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord (SHRN), menacée de fermer faute de subventions. D’autant plus que cet organisme et son service d’archives privées agréé, basés à Saint-Jérôme, œuvrent sur le territoire même où l’histoire se déroule.

Gilles Desjardins a souhaité s’impliquer dans le mouvement de mobilisation du milieu culturel en faveur du maintien des services d’archives privées du Québec parce qu’il y a lui-même trouvé des trésors.
« Les fonds d’archives privées sont la base de l’Histoire; ils contiennent de petits indices cachés, des lettres, etc. qui nous permettent de mieux comprendre une époque. C’est une collecte d’histoire des gens du milieu. Lorsque j’ai fait mes recherches pour Les Pays d’en Haut, j’ai vu des photos du curé Labelle entre autres qui ont changé ma perception de l’histoire », explique l’auteur, qui rappelle l’importance de « parler des gens d’en bas, de voir comment ils ont vraiment vécu, comment ils ont souffert, de comprendre leurs moments de bonheur, de connaître leurs rêves et leurs espoirs ».
Désireux de soutenir la démarche de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, Gilles Desjardins a réussi l’exploit d’associer à cette cause l’avare Séraphin et le curé Antoine Labelle! Lors d’un point de presse à Saint-Jérôme, les comédiens qui personnifient ces deux monuments de la série télévisée, Vincent Leclerc et Antoine Bertrand, ont ajouté leur voix à la sienne pour réclamer des mesures concrètes assurant la pérennité des services d’archives privées agréés dans les régions.
Présent par vidéo, Antoine Bertrand a souligné l’importance des services d’archives privées agréés que l’on retrouve dans les régions comme la nôtre. « Ces places-là sont tenues à bout de bras par des gens qui le font par passion, qui le font par devoir de mémoire, qui le font à cause de leur cœur », a dit Antoine Bertrand, ajoutant qu’en tant qu’acteur, il a lui-même eu à consulter les archives de Sociétés d’histoire afin de créer un rôle. Il ajoute : « On est en train de perdre notre mémoire alors que notre devise est Je me souviens! ».
Pour sa part, Vincent Leclerc a souligné son appui à la SHRN et aux autres services d’archives privées agréés du Québec, mais également son soutien aux artistes qui consultent régulièrement les archives. « Si ça n’avait été de ces sources, qui sait si leurs œuvres auraient vu le jour? » En parlant des gens qui travaillent dans le milieu culturel, en histoire et dans d’autres domaines, le comédien s’est demandé à haute voix : « Combien sont-ils dans toutes les régions du Québec à avoir recours aux nombreux services d’archives privées? ».
Il explique que, comme artiste, les services d’archives privées peuvent inspirer, aident à savoir d’où l’on vient et où l’on va!

Lancement d’un manifeste

La SHRN a profité de l’occasion pour lancer un manifeste sous le thème Ensemble, assurons le futur de notre passé, prônant le maintien dans leur milieu, le financement adéquat et la reconnaissance des services d’archives privées agréés en tant qu’institutions indispensables à la préservation de notre histoire et de notre culture.
Déjà, en plus de Gilles Desjardins, Vincent Leclerc et Antoine Bertrand, plusieurs autres acteurs du milieu culturel se sont joints à la cause, dont Charles Binamé, Paul Doucet, Gabriel Dusseault, Jean-Philippe Duval et François Rozon.
« Quand on a comme devise Je me souviens, on a une responsabilité envers les institutions culturelles qui assurent la conservation de la mémoire collective du Québec et on doit les soutenir financièrement afin qu’elles puissent s’acquitter de leur mission », soulignait pour sa part la présidente de la SHRN, Suzanne Marcotte.
Celle-ci invite la population à joindre le mouvement, à suivre l’évolution du manifeste et à l’appuyer en signant la pétition via la page Facebook Ensemble, assurons le futur de notre passé (www.facebook.com/mobilisationarchives/).

Vincent Leclerc et Gilles Desjardins ont signé le manifeste.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de