Cyclisme sur route : l’Adélois Alexis Cartier signe chez Garneau-Québecor

Par Mathieu Laberge

De messager à vélo à la porte des pros!

Le coureur cycliste sur route Alexis Cartier change d’équipe en 2016. Après avoir porté les couleurs de la formation Transport Lacombe – Devinci l’an dernier, l’Adélois fera partie de l’équipe Garneau-Québecor cette saison, une équipe de niveau UCI continental.

De-messager_1
Alexis Cartier avec ses nouvelles couleurs de 2016. Photos : Courtoisie, Garneau-Québecor

Cartier croyait que l’année 2016 se ferait dans la continuité, sauf qu’il a été approché par Rémi Pelletier-Roy et Bruno Langlois, cocapitaines chez Garneau-Québecor, pour se joindre à cette équipe. Pas si mal pour celui qui était messager à vélo dans les rues montréalaises l’automne dernier!
« Ils n’ont pas vraiment eu à me convaincre et ils m’ont dit que je serais un bon ajout pour l’équipe », a commenté Cartier qui avait eu des pourparlers avec la formation britanno-colombienne H&R Block, une des deux autres équipes canadiennes classées en division UCI continental. « J’avais déjà été dans quelques échappées avec Bruno dans certaines courses et je pense que j’avais fait bonne impression. C’est vraiment flatteur et j’ai accepté. Bruno est un des plus expérimentés au Canada et il connaît bien les stratégies de course et en entraînement. »
Étant donné qu’il pratique le cyclisme sur route depuis seulement trois ans, l’ancien spécialiste du vélo de montagne compte bien profiter des enseignements de ses coéquipiers pour apprendre à mieux lire le peloton d’autant plus qu’il est du type à aimer se glisser dans des échappées. Et c’est ce qu’il a commencé à faire lors d’un stage de préparation de deux semaines en Floride avec ses nouveaux coéquipiers.
« J’ai déjà beaucoup appris avec eux et ça promet. Ce sont de petites choses comme corriger mon coup de pédale ou rouler plus proche des autres. Je pense que je suis rendu assez mature pour aller chercher des résultats et non plus juste rouler pour apprendre. L’an passé, j’ai passé proche de faire de beaux résultats et j’ai travaillé fort cet hiver. »

Les outils pour réussir

Alexis Cartier demeurera à Saint-Augustin-de-Desmaures près de l’usine de l’équipementier cycliste avec trois coéquipiers et son travail à l’entraînement sera supervisé par son coéquipier Bruno Langlois. Si le cycliste a apprécié son passage dans son ancienne équipe, son nouvel employeur lui offre de meilleurs outils, notamment en raison d’un budget d’équipe plus important. « Chez Transport Lacombe, il y avait beaucoup de talents, mais c’était plus des jeunes qui ne gagnaient pas nécessairement des courses seniors. Chez Garneau-Québecor, il y a une culture de la victoire. On ne course pas pour essayer de faire de notre mieux, mais bien pour gagner et ça, je pense que c’est important dans le vélo. Ici, tout est plus gros et on a plus de visibilité médiatique », poursuit celui qui est très heureux de cette promotion professionnelle.

Messager à vélo : un bon plan B

La réalité budgétaire des derniers mois n’a pas permis à Alexis Cartier de passer de longues périodes à rouler sous des cieux plus cléments. Il a fait une pierre deux coups en devenant messager à vélo à Montréal.
« Ce n’est pas commun que les athlètes fassent ça, mais j’avais besoin d’argent et ça m’a permis de faire du volume, commente celui qui roulait environ 90 kilomètres par jour. J’étais un peu inquiet de ma forme, mais finalement, je suis vraiment là où je voulais être. Je progresse chaque saison et j’espère que ça va continuer cette année. »
Alexis Cartier et ses coéquipiers participeront à des courses canadiennes, dont le Tour de Beauce, et d’autres sur la côte est américaine, dont la prestigieuse Classique de Philadelphie où sont invitées des équipes de division supérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mots-clés