Excellence Sportive Laurentides lance un guide de santé mentale pour sportifs

Par Luc Robert

Excellence Sportive Laurentides (CDESL) a présenté vendredi dernier le document intitulé PAUSM (Plan d’action d’urgence en santé mentale). Il s’agit d’un guide permettant aux intervenants du sport à prendre conscience de l’état mental des jeunes sportifs.

Ce guide est une première au Québec, selon l’organisme. Le CDESL souhaite soutenir autant les athlètes, les entraineurs, les parents et les intervenants pour optimiser leurs actions auprès de la jeunesse sportive. Le guide est disponible via le site internet d’Excellence sportive Laurentides.

La collaboration entre les différents experts en santé mentale du CDESL a mené à l’élaboration du document. Ce plan est créé pour aider les organisations sportives à gérer de manière rapide et efficace les urgences en santé mentale. Il incite de plus les organisations sportives à établir leur propre plan d’action en matière de santé mentale.

« Le CDESL veut devenir un aidant, un facilitateur à trouver des intervenants, sans devenir la centrale téléphonique de tous les problèmes. L’idée demeure de travailler ensemble, en groupes, pour amener la démarche la plus large possible. Si un entraîneur a des besoins spécifiques avec un jeune, on pourra l’orienter vers la liste des intervenants et personnes ressources, dont certains organismes offrent de l’aide gratuite jusqu’à cinq séances de consultations », a spécifié M. Simon Trudel, directeur général d’Excellence Sportive Laurentides, anciennement connu sous le nom du Conseil de Développement de l’excellence Sportive des Laurentides (il utilise encore l’acronyme du CDESL).

Un questionnaire régulier

Alors que les difficultés de la société se répercutent souvent dans la vie quotidienne, des athlètes amènent avec eux ces soucis jusque dans pratique de leur carrière sportive.

« Quand certains athlètes font face à une difficulté mentale, le réflexe est souvent d’aller au psy directement. Si la difficulté persiste, ils peuvent carrément abandonner leur discipline si l’attente est trop longue ou s’ils n’en viennent pas à bout seuls. Avec notre plan, les athlètes peuvent répondre à un questionnaire régulier, comme les athlètes olympiques le font, pour déterminer comment ils se sentent dans leurs activités. Le PAUSM fonctionne sur le principe d’un baromètre, pour reconnaitre les signes et les indicateurs de la santé mentale chez les athlètes. Le questionnaire exposera des lumières vertes, jaunes, oranges ou rouges sur l’état psychologique de l’individu. Certaines pressions ou anxiétés ressenties seront identifiées et elle démontreront le type de spécialiste à consulter. Ce sont des pistes de solutions utiles », a-t-il précisé.

Mieux identifier

Selon Heidi Malo, consultante en performance mentale certifiée, « le guide aidera les intervenants à identifier les différentes zones du continuum de la santé mentale ».

« Par exemple, nos Olympiens aiment savoir leur état d’esprit avant, pendant et après leurs épreuves. Avec le PAUSM, le but reste d’identifier d’avance les cas où les jeunes sont désorientés ou mal à l’aise. Une évaluation hebdomadaire (questionnaire) permet d’identifier les symptômes, les signes et choses à travailler pour se sentir bien. Des fois, des simples petites modifications aux habitudes de vie font une grande différence. On ne se trouve plus dans les années 1920 : être stressé n’est pas juste un cas mental. Le PAUSM est connu et présenté dans les programmes sports-études des écoles, mais il peut aussi servir aux autres organismes sportifs qui forment nos jeunes », a analysé M. Trudel.

Maintenant basé à Sainte-Thérèse

D’autre part, soulignons que le CDESL s’est installé à Sainte-Thérèse, depuis la fermeture de l’aréna Melançon de Saint-Jérôme, où il avait son bureau.

« On possède toujours un plateau au Centre Claude-Beaulieu et on veut ouvrir d’autres points de services pour la clientèle du nord de notre territoire laurentien », a-t-il terminé.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *