(Photo : Archives - Nordy)
|

La gestion du Centre sportif des Pays-d’en-Haut remise en cause

Par Luc Robert - Initiative de journalisme local

Plusieurs ligues de hockey craignent ne pas pouvoir compléter leur saison hivernale 2023-2024, à la suite d’une série de pépins qui ont causé des annulations de parties et de pratiques à l’aréna du Centre sportif des Pays-d’en-Haut (CSPDH).

Selon un refrain commun recueilli auprès d’utilisateurs, les anicroches auraient commencé il y a environ trois semaines, avec le renvoi soudain de M. Sylvain Descôteaux, le très respecté coordonnateur de l’aréna et de l’entretien du complexe. S’en seraient suivies plusieurs démissions en guise de solidarité, parmi le personnel de préposés à l’aréna.

Des taches grises de ciment sont visible derrière un filet du CSPDH.

« Personne ne nous parlait. On a appris à travers les branches que Sodem, qui a acheté la firme Vivaction pour la gérance du complexe, a mis à pied M. Descôteaux. Il était le premier à venir aider les employés à changer des lumières ou autres tâches, quand elles débordaient. En se séparant de ses services, ça a fait boule de neige parmi le personnel. Il resterait seulement trois préposés sur huit en poste. L’entretien de la patinoire en a souffert. On s’est retrouvé avec une mince épaisseur de glace de seulement ¼ de pouce et des spots de ciment à découvert. C’est devenu dangereux », a plaidé M. Gilles Filiatrault, vice-président de la Ligue senior des Laurentides.

Annulation dernière minute

Il déplore que personne n’a avisé les dirigeants du circuit dans un délai raisonnable des annulations d’activités.

« Vendredi dernier, plusieurs joueurs étaient arrivés au CSPDH et d’autres se trouvaient en route, lorsqu’on nous a informés 50 minutes avant que nos parties étaient annulées ! Nous sommes un des locataires importants du centre sportif, avec une ligue d’hiver et une autre d’été qui regroupent 165 joueurs. On voulait l’assurance de pouvoir terminer notre saison d’hiver le 15 avril, puis débuter celle estivale le 17 avril. J’ai tenté de joindre à plusieurs reprises M. Éric L’Heureux (directeur adjoint – développement récréatif à la MRC), qui s’occupe du dossier du CSPDH, sans succès. J’ai contacté ensuite la directrice générale par intérim, Mme Mélissa Bergeron-Champagne. C’est finalement en appelant mon maire, M. Tim Watchorn à Morin-Heights, que le préfet André Genest s’est manifesté. Il est aussi en attente de réponses de la Sodem. La MRC va faire des vérifications. »

Et ce qu’il a pu apprendre ne l’a pas rassuré sur la suite des choses.

« On a pu jouer le lundi 11 mars sur une glace mince. Ils essaient tant bien que mal de la rehausser à une épaisseur normale. Ce n’est pas l’idéal, selon ce qu’on constate, de devoir faire venir un préposé de Lachute, puis un autre employé de Tremblant qui fait l’aller-retour, pour venir passer la surfaceuse Zamboni à deux arénas différents ici et à Saint-Jovite. Il y aura sans doute des pertes financières encourues par la MRC et aussi par notre ligue, si le calendrier devait être annulé. »

Besoin de réponses

M. Filiatrault s’explique mal la séquence des événements et la réaction du gestionnaire.

« Où est le plan de Sodem pour gérer ce congédiement inusité en pleine saison ? Ils ont créé une pression épouvantable sur les gens qui restent en sortant un personnage clé et efficace de la direction. Les employés restants tentent d’améliorer les choses et nous leur levons le chapeau. Mais le siège social de Sodem se trouve à Montréal et ils semblent gérer ça à distance. Ça ne me semble pas l’idéal. »

Son collègue organisateur Georges Boiteau a fait le même constat.

« Quand on veut savoir ce qui se passe, à la réception du CSPDH, on nous donne un genre de formulaire papier, avec le logo au haut de la feuille, pour rédiger notre rapport de plainte. Ce qu’on veut, c’est avoir un humain qui répond aux questions, pour un service payé d’heures de glace. Pas une lettre qui se retrouvera sur le haut de l’étagère, ou dans la filière 13. Ça prend des heures pour remplacer celles perdues », a-t-il ébauché.

À la MRC des Pays-d’en-Haut, dont le conseil des maires avait lieu lundi denier, le préfet André Genest a tenu a rassuré la population sportive. « M. Descôteaux n’est effectivement plus au service de l’opérateur du Centre sportif Pays-d’en-Haut. Cependant, nous pouvons assurer la population qu’elle peut toujours profiter de la Glace IGA et des Bassins Desjardins, au Centre sportif des Pays-d’en-Haut. »


Lire l’article suivant  Hockey Mineur : « Le sentiment général ressenti au CSPDH, c’est qu’on dérange » – Sébastien Richer

NOUVELLES SUGGÉRÉES

1 Comment

  1. ALAIN DAVIAULT

    Qui compose cette nouvelle compagnie et quoi dire des paroles du préfet de la MRC. À la MRC qu’elles sont les critères exigés afin de devenir opérateur du complexe Sportif.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *