(Photo : Sandy Boville)
Édouard Therriault a arraché l’argent au Big Air à Pékin, en Coupe du monde.
|

Ski acrobatique : Édouard Therriault récolte l’argent en Chine

Par Luc Robert - Initiative de journalisme local

Avec Sportcom 

Le skieur acrobatique Édouard Thérriault a brillé samedi dernier, à la Coupe du monde de Pékin, où il a obtenu sa première médaille de la saison. Sa récolte de 181,75 points en finale de l’épreuve du grand saut (big air) lui a permis de monter sur la deuxième marche du podium.

Seul l’Américain Alexander Hall (182,00) est parvenu à faire mieux que le Québécois, lors de cette compétition présentée sur le même site qui avait accueilli l’épreuve aux Jeux olympiques de Pékin, en 2022. Le Suisse Andri Ragettli (179,75) a de son côté complété le podium.

« J’avais des bons points de repères, car on compétitionnait aux mêmes installations qu’aux Olympiques que l’an dernier. Et c’était un de mes sauts préférés en plus. J’avais déjà réalisé plus que ses manoeuvres là dans une même journée, de sorte que je me sentais très à l’aise lors de la ronde finale », a souligné l’ancien athlète de l’école secondaire Augustin-Norbert-Morin, en entrevue téléphonique.

Conditions changeantes

Troisième lors de la séance de qualification présentée 48 heures plus tôt, Thérriault a réussi ses trois tentatives en finale. Le vice-champion du monde de l’épreuve en 2021 en a d’ailleurs mis plein la vue à ses deux derniers sauts qui lui ont valu des notes de 90,50 et 91,25. Puis, du même coup, le deuxième podium de sa carrière en Coupe du monde.

« Disons que les conditions étaient changeantes. Dans ce temps-là, tu aiguises tes skis et tu t’adaptes. On a été chanceux pareil, à comparer aux planchistes qui s’exécutaient le soir. En journée, la température oscillait pour nous de 0 à – 5 °C. C’était presque parfait. J’ai pu bien gérer mes sauts. Entre les deux, il est apparu un peu de gadoue, mais je n’ai pas à me plaindre : le saut se trouvait en bonne condition, alors que les snowboarders ont été pris dans la glace, eux », a-t-il décrit..

L’athlète de Lorraine avait aussi mérité le bronze de la descente acrobatique à Font Romeu, en janvier 2022.

« Je remercie nos cinq entraîneurs pour l’excellente préparation. Ils se relaient au cours de la saison au sein de l’Équipe nationale. Sandy Boville et Toben Sutherland (lauréat 2023 du prix d’excellence de l’Association canadienne des entraîneurs de ski) m’ont grandement aidé, tout comme Jean-François Cusson au Québec. »

Notons que ses compatriotes Alexander Henderson et Bruce Oldham n’ont pu atteindre la finale, où les 10 meilleurs athlètes des qualifications avaient rendez-vous le samedi 2 décembre.

De passage au Québec

« Je suis de passage à la maison pendant quelques jours au Québec. Et voir beaucoup de neige tombée représente un cadeau du ciel. Je peux m’amuser en dévalant des toits et des escaliers. Je confectionne mon propre parcours de parc à neige. Je prends les journées une à la fois. C’est le moment de savourer le résultat de mes efforts. Il n’est pas pertinent de parler pour l’instant des prochaines compétitions à l’affiche. Je viens de skier en Autriche, au Japon et en Chine. Je suis parti du Canada en avion par l’est et je suis revenu par l’ouest. J’ai réalisé mon propre tour du monde, une compétition à la fois. »

N’empêche, pour ceux qui suivent sa carrière de près, l’athlète de 20 ans reprendra le collier sous peu à Copper Mountain, au Colorado, à l’Ouest de Denver.

 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *