(Photo : Nathaniel Mah)
Olivia Bouffard-Nesbitt revient en force en ski de fond, après des blessures.
|

Ski de fond : Bouffard-Nesbitt à l’assaut de la Coupe du monde

Par Luc Robert - Initiative de journalisme local

À seulement quelques semaines de la Coupe du monde FIS de ski de fond 2024 de Canmore en Alberta, la skieuse Olivia Bouffard-Nesbitt a retrouvé sa fière allure après avoir surmonté des blessures.

Olivia s’est blessée à l’entraînement, au printemps dernier, à Canmore, près de son domicile.

« Je filais en ski à roulettes, lorsque j’ai heurté une roche et suis tombée au sol. Mon bras et mon épaule ont encaissé le choc. Ça m’a affectée pendant des mois. J’ai dû modifier mon entraînement. Je me suis concentrée sur les exercices en gymnase, principalement sur une machine elliptique. J’ai trimé dur pour retrouver ma forme de course », a-t-elle décrit.

Olivia Bouffard-Nesbitt a repris ensuite le collier en Alaska, à l’automne, avec des 3e et 4e positions réconfortantes.

« Je me mesurais à des universitaires américaines. Les points comptaient pour le classement canadien. Je suis contente d’être revenue en force. Mes 3e et 4e positions ont été réalisées sur lors de sprints de 1,4 km », a-t-elle précisé.

Le vieux continent

L’athlète de Morin-Heights participe actuellement à des épreuves de Coupe du monde, sur le circuit P3 d’Europe. Elle retrouve graduellement ses repères en Allemagne, en Norvège et en Suède.

« Là, ma guérison est réglée. En revenant en Europe contre les meilleures fondeuses mondiales, tu sais rapidement où tu te situes. À Oberhof, en Allemagne, je me suis maintenue parmi le peloton, dans des belles conditions de nouvelle neige et une température parfaite de – 7 °C. On a été plus chanceuses que les filles au biathlon, deux semaines plus tôt, qui ont composé avec de la neige molle et des roches en parcours. »

Objectif Canmore

D’autre part, la Fédération internationale de ski et de snowboard (FIS) a approuvé le parcours du sprint de 1,3 km, ainsi que la distance des boucles de 5 km, en vue de la Coupe du monde du 9 au 13 février prochain, qui réunira 190 athlètes de 20 pays, sur les tracés albertains de Canmore.

Après les températures étonnamment douces du début de saison, suivies d’une vague de froid extrême qui a forcé un ralentissement des efforts de fabrication de neige, le personnel du Centre nordique poursuit la préparation des parcours rapides et techniques. Ceux-ci ont reçu l’approbation et l’accréditation de la FIS pour la tenue des compétitions.

« Mon focus est placé en fonction de Canmore. Je veux y offrir mes meilleures performances de la saison, dans ma spécialité du sprint, tant au style classique qu’au patin. Le niveau mondial est vraiment élevé. Ainsi, je dois fournir des performances presque parfaites pour m’affirmer parmi l’élite », a soutenu Olivia Bouffard-Nesbitt.

À l’affiche

L’événement de Canmore présentera deux épreuves de sprint – une classique et une de style libre – sur le tracé de 1,3 km. Puis, une épreuve de 10 km en style libre, avec intervalle, sera tenue sur la boucle de 5 km. Quant à lui, le départ de masse en classique aura lieu sur une distance de 20 km, se déroulant sur un parcours du 3,3 km.

« J’y vais une étape à la fois, toujours en arrière pensée de me qualifier pour les Jeux olympiques d’hiver de 2026, en Italie (à Milan et Cortina d’Ampezzo). Maintenir une constance et éviter les blessures sont aussi à l’ordre du jour. Je me fixe des attentes réalisables, qui me forcent à être à mon maximum. C’est motivant », a-t-elle achevé.

Canmore a déjà tenu l’épreuve de Coupe du monde de sprint du pas de patin en 2012.

 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *